Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Une chambre à soi

« Il est nécessaire d’avoir cinq cents livres de rente et une chambre dont la porte est pourvue d’une serrure, si l’on veut écrire un oeuvre de fiction ou une oeuvre poétique. »

Virginia Woolf, Une chambre à soi

A l’origine, il n’y a justement pas de chambre. Sur les plus anciennes photos – depuis perdues – je suis un bébé aux épais cheveux bruns dans un lit en rotin, placé dans un coin du séjour de la petite maison où vivent mes parents. J’ai une peluche de nature indéterminée – écureuil? ours? – rouge qu’on a appelé Roudoudou et que j’adore. Parait-il.  J’imagine que depuis ma position horizontale, je peux suivre dans les moindres détails les échanges de mes parents, que je les entends vaquer et que je respire la fumée de leurs cigarettes (eh oui, c’est les années 70, le tabac n’est pas tabou…)

Lire la suite « Une chambre à soi »

Cartes postales du monde sous-marin

P1060355

A force de fréquenter les poissons, je finis par avoir de drôles d’idées. Flux, bulles, nuées, écailles argentées, lents mouvements, plongeon dans le silence, rochers, tourbillons, fractales répétitions… Tout un univers se dévoile sous la mer teintée par le bleu du ciel. Plus tard, une fois revenue de la plage, je cherche à retrouver les sensations éprouvées sous l’eau. Une sorte d’euphorie sous-marine…

P1060352

C’est à la fois le désordre et la lumière, l’ordonnancement du hasard, la vie dans ce qu’elle a de plus énergique. Dehors, la mer n’est qu’un grand miroir qui porte des voiles blanches. Dedans, elle est ce bouillon pétri de courants d’où jaillit le mouvement vital premier.

P1060356

Ces cartes postales, réalisées sur du papier de petit format (15 x 21 cm), étaient pour moi l’occasion de travailler sur une surface réduite. Il faut alors apprendre à n’être pas trop « bavard », réduire le message à sa plus simple expression. J’ai joué avec l’acrylique, appliquée sur un papier préalablement couvert de traces de paraffine (les pigments n’adhèrent pas à ces endroits) ou humidifié avec un vaporisateur. La couleur se fait alors aquatique, transparente, mouvante, indécise. Elle coule et se mélange, générant des mouvements qu’il n’y a plus ensuite qu’à amplifier. Je n’ai pas vraiment réfléchi, ni cherché à « faire » quelque chose. Certaines cartes me plaisent, d’autres moins. C’est le jeu, et c’est nécessaire…

Ci-dessous, les fonds bleus de départ…

P1060336

Ces cartes postales sont destinées à être envoyées. Si vous souhaitez en recevoir une, vous pouvez me communiquer votre adresse postale par l’intermédiaire du mail suivant : glazmagazine(at)gmail.com

Ciel sans partage

Flèche des saules

sur le ciel sans partage

tu attends mais ne sais rien

de l’obscure poussière

qui te trouble

immobile ondée

de l’eau endormie

le destin est sorti

de son lit

 

l’espoir n’est plus de saison.

Texte et photo : Gwenaëlle Péron

La douceur est en fuite

La douceur est en fuite

sur le dos du matin

tu la regardes bondir

dans sa course de plumes

sur la route pavée d’eau bleue

ta main esquisse

ce geste qui retient

mais ton cœur sait déjà

tout le poids de l’absence.

Texte et photo : Gwenaëlle Péron

Les nuages n’ont pas de forme

Les nuages n’ont pas de forme

mais c’est égal

car derrière les dessins de la pluie

je devine

ce qui n’est pas dit

la silhouette mouvante d’un arbre

une lumière dans la nuit

le temps s’étale

sous mon corps étrave

je nage

dans des copeaux d’orage

mais déjà sur la vitre du ciel

le bleu de l’eau

tisse la trame

de ton regard attendri.

Texte et photo : Gwenaëlle Péron

Innocent guetteur

 

Comme l’oiseau

au faîte de la nuit

tu vigiles et patientes

innocent guetteur

des prairies lointaines

où serpentent

les captives nuées

et de ton chant délaçant

les sortilèges

qui attachaient mon cœur

au totem des forêts

tu poses sous mes ailes

le vent

d’une autre liberté.

 

Texte et photo : Gwenaëlle Péron

Vacances…

C’est pas dit que la voiture démarre du premier coup…

P1070321

mais ce qui est certain, c’est que c’est les vacances!

Bel été à vous tous, et à très bientôt!

 

Granitique

P1070339P1070349IMG_5429P1070336P1070346P1070354P1070367

Délaisser pour un temps la mer et ses sortilèges voilés. Prendre la route qui s’enfonce à l’intérieur des terres. Ou plutôt LES routes, où l’on se perd, parsemées de villages où la vie s’est endormie, bordées de champs de blé et de vallons ombreux. Au détour des virages, la pierre surgit de terre, sous forme de chapelles oubliées, d’églises qui font le gros dos sous l’aplomb du soleil d’été, et de calvaires élancés vers un ciel déchiré de nuages. Lire la suite « Granitique »

Du neuf avec du vieux…

Acrylique, feutres Posca et pastels à l’huile sur panneaux de bois, 30 x 30 cm

Pour faire ces six tableaux, j’ai repris des panneaux de bois qui m’avaient déjà servi. Sur le principe du palimpseste, j’ai rendu la surface de nouveau vierge puis j’ai collé divers éléments : morceaux de tissu, compresse dépliée, rubans de papier et feuilles de kraft pliées.

J’ai ensuite travaillé couche après couche. Jouant d’abord sur les verts et les jaunes, avant d’introduire le rouge de naphtol, très éclatant, et les bleus. Peu à peu, selon ma bonne habitude, ont émergé des formes : poisson, bâtiments, falaise, rocher pliée, étrange étoile de mer…

J’ai eu beaucoup de plaisir à faire cette série, qui m’a pris au moins deux jours pleins. L’idée était de travailler sur les six panneaux en même temps, pour préserver une unité dans les couleurs.

Aujourd’hui, il fait trente degrés dehors, et je manque un peu d’air dans mon atelier. C’est rare, d’habitude, c’est plutôt la lumière qui se fait désirer. La chaleur ralentit les mouvements, pousse à prendre davantage son temps. Ce n’est sans doute pas un mal…

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 165 autres abonnés