Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Kaf’té

Pour sortir plus souvent de mon atelier que j’ai parfois tendance à ne plus vouloir quitter, j’ai pris exemple sur un ami parisien : l’été dernier, je me suis mise à aller écrire au café, ou dans la nature. L’idée a fait son chemin, et l’hiver venant, je me dis : pourquoi ne pas profiter de cette délocalisation momentanée pour découvrir tous ces lieux, anciens ou nouveaux, dans les alentours? Et en faire une recension dans le blog afin d’en faire profiter tout le monde? Car, ne vous leurrez pas : même si vous vivez loin, vous finirez par venir en Bretagne, un jour ou l’autre… C’est une attraction contre laquelle on ne peut rien.

20171212_113645.jpg Lire la suite

La matière du souvenir

J’ai terminé récemment le récit de Fred Griot, Cabane d’hiver. Journal d’un homme qui s’accorde un mois pour vivre seul, en plein hiver, dans une yourte, dans les Causses du Larzac. L’auteur fouille la langue, y cherche sa voix. Il le fait avec une sobriété et une simplicité qui ont su me toucher. La démarche est intéressante, et me renvoie à mes propres désirs d’une écriture qui s’aventurerait sur des chemins de traverse.

Parmi les nouvelles pistes que j’avais commencé à tracer, il y avait cette idée de reprendre d’anciennes photos d’escapades pour faire une sorte de voyage à l’envers, qui traquerait les souvenirs en remontant le temps. J’ai ouvert le dossier contenant les images d’un voyage en Corrèze, il y a cinq ans. Me suis rendu compte qu’à part quelques éléments factuels – nous avions visité Vassivière et son parc hanté de modernes sculptures, mangé dans un restaurant tendance perdu dans un village sans nom – il ne me restait rien de l’esprit de ce voyage. Comme s’il n’avait contenu aucune intensité à même de me marquer. Mais le manque d’intensité n’est-il pas seulement la preuve d’une absence au monde?

IMG_2979 Lire la suite

Aller vers davantage…

de spontanéité

20171211_123216.jpg

de contraste

20171211_123207.jpg

de mouvement

20171211_123140.jpg

et garder les verts de l’Auvergne en tête.

Etudes sur papier A4 acrylique et pastels à l’huile

Extimes pensées

Dans un roman que j’ai adressé à plusieurs éditeurs, mais que ceux-ci n’ont pas encore eu le courage (ou la folie) d’accepter, j’ai placé comme personnage central une femme écrivain, en panne d’écriture parce qu’habituée des romans feel good à succès, elle rêve d’aller vers une écriture plus intime. Cependant la peur de se dévoiler, de ne rencontrer que honte, ridicule ou évidence de sa propre banalité la paralyse au point qu’elle ne peut plus écrire une ligne. L’histoire ne tourne pas autour de cette problématique, mais celle-ci est la preuve, s’il en fallait, qu’on met beaucoup de soi dans ce que l’on écrit. Les préoccupations de mon personnage sont les miennes depuis longtemps. Lire la suite

Détournement d’actualités

Je n’ai pas été très bavarde, ces dernières semaines. C’est parce que ça cogitait là-dedans. A la recherche d’idées pour écrire différemment, pour peindre autre chose. Il faut du temps pour que les idées mûrissent. Enfin, bref, ce midi, attablée dans un café bigouden, entre la séance d’accrochage pour la mini-expo de la Galerie Rouge (dont je vous parlerai bientôt) et un rendez-vous « beauté », je me suis nourrie de mauvais pain et d’indigestes actualités. L’idée était dans l’air depuis un moment. Il ne restait plus qu’à la concrétiser.

20171208_122758.jpg

Lire la suite

Hein André?

Elle entre dans la galerie précédée des deux cannes qui l’aident à maintenir son équilibre. Elle est petite et enrobée d’un manteau de laine aux couleurs nuancées. Elle me dit qu’elle a vu l’article dans le journal qui mentionne mon exposition. Ce qu’on apercevait sur la photo lui a donné envie de venir. Elle ne sort plus beaucoup. Un ami l’accompagne, grand et mutique. Elle me dit qu’elle ne voit pas bien car ses yeux sont malades. Elle s’approche des tableaux. Lève le nez. Me parle des couleurs, de ma palette. De temps en temps, elle laisse échapper un petit rire cristallin qui lui donne un air de jeune fille facétieuse. Elle regarde mieux. Se laisse envahir par un rouge particulièrement sonore. Commente mon travail. Parfois, elle se tourne vers son accompagnateur et demande : Hein André? André est gentil et il acquiesce. Je ne sais pas vraiment ce qu’il pense de tout ça. Lire la suite

Le temps blanc

Peindre est une activité souvent solitaire. On passe de longues heures seule, dans son atelier, à tenter de défricher le chemin sur lequel on s’est mis en tête d’avancer. Le temps s’écoule plus ou moins lentement, selon qu’on se sent inspirée ou qu’on reste sèche devant la toile. Les journées se suivent, et il arrive même qu’elles se ressemblent car il est important d’être constante et régulière. Parfois, la musique ou la radio tissent un fond musical qui trompe l’impression de solitude. Non que cette impression soit désagréable. Elle est même souvent recherchée, mais elle ne peut pas durer. Ce ne serait bon ni moralement, ni financièrement.  Lire la suite

Vernissage

Invitation vernissage oct 2017 jpeg

Ceci est une invitation mais vous n’en aurez pas besoin pour entrer et venir partager un petit verre de blanc, de rouge, de cidre, à votre guise, demain soir à la Galerie Rouge, à Pont l’Abbé, en pays bigouden… Il y aura du bleu, des vagues, des embruns. Il y aura des bateaux, des voiles et de l’écume. Pourtant on sera bien au chaud à l’intérieur. Alors venez!

Ça commence demain!

Expo octobre 2017 affiche JPEG

Au cas où vous seriez passé à côté de l’évènement de l’année, je vous rappelle que j’expose une trentaine de toiles à la Galerie Rouge, à Pont l’Abbé, du 20 octobre au 5 novembre. Le vernissage aura lieu samedi 21 octobre, à partir de 18h30.

Venez regarder, commenter et trinquer avec nous! 

La Galerie Rouge – 15 rue Victor Hugo – 29120 Pont l’Abbé – 06 72 85 83 91

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑