L’or vert

Je veux dans ma maison de sang

Un ami fort un ami lent

Tout près de l’âme reposant

Son île avec mon continent

Un rêveur un peintre un Flamand

Avec un pinceau d’or patient

Doux comme un saint très violent

Et qui me fait un cygne blanc

Un cygne noir comme un milan

Qui m’enlève et me donne au temps

Henry Bauchau

Poésie Complète, Actes Sud

8 commentaires

    1. Gwenaëlle Péron

      @ Sylire : j’ai bien aimé le début, un peu moins la suite. L’histoire, dans la façon dont elle est contée, m’a fait penser à un tableau naïf, style Douanier Rousseau, tu vois… Les réflexions sur la création, la folie, etc… sont intéressantes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s