Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Mois

février 2015

Turbulence

Voilà ma participation à l’atelier Ame Graphique de Sabine. Cette photo de mes deux loustics, prise il y a quelques années déjà, rassemble deux turbulences : celle de l’enfance et celle des vagues…

PICT0014_2

ob_8d455a_ameo

Mon petit ego froissé

Parce qu’il faut savoir rire de tout!

IMG_20150225_141816~2

Petites études en couleur

La pause est terminée. J’ai retrouvé le chemin de l’atelier. Pas de nuances de gris chez moi! Même si c’est à la mode. Que de la couleur… remède souverain pour combattre la morosité et le noir des grains qui déversent leur eau sur le paysage noyé. Quatre études, donc, acrylique et collage sur papier, comme un petit footing pour se défouler. Sur des fonds bleus, j’ai collé quelques papiers colorés, puis improvisé autour, avec pinceau et doigt…

IMG_4822Vertige

IMG_4821

Métaphore

IMG_4817

California

IMG_4819Maharadjah

Silence

Ouvrir les yeux sur un reste de nuit.

Emerger.

Juste avant le soleil.

Une tasse de thé russe dans les mains.

Les pieds dans la rosée.

Contempler l’éveil du monde.

Ecouter le silence de l’aube.

IMG_20130504_065732_2

Lever de Soleil dans le Lot, près de Saint-Céré.

C’était ma participation à Ame Graphique, proposé par le blog du Petit Carré Jaune.

ob_8d455a_ameoLes autres participants : Aifelle, Sylire,

Panne sèche

Deux jours. Deux jours passés à tenter les coups de pinceaux, les aplats à la spatule, à essayer de faire surgir quelque chose d’entre les couleurs. Deux jours à explorer, essayer, s’entêter. Et au final : rien. Ou plutôt si, un truc qui ne veut rien dire, d’où rien n’émerge. Une mare de boue bleuâtre d’où sort un golem difforme et condamné. Il faut se consoler en se disant qu’il y a des périodes comme ça, où toute création est impossible…

Ce n’est même pas une question de doute ou d’angoisse. Ce n’est pas le vertige du créateur qui contemple le puits de sa vanité. C’est le corps qui refuse, la tête qui se cabre. Et vice-versa. Peut-être parce que pour le moment, la coupe n’est pas encore pleine et qu’il n’y a rien à sortir. L’impression d’être comme un enfant qui apprend à marcher, et qui tombe. Et retombe. Et s’énerve un peu quand même, au bout d’un moment, de cette gravité qui l’empêche de décoller.

Je le sais : quand je suis dans cet état-là – colère et frustration mélangées en un cocktail hautement explosif! – mieux vaut que j’aille voir ailleurs si j’y suis. Alors je vais délaisser pour un jour, ou plusieurs, mon atelier et aller me rafraîchir les idées…

A bientôt…

IMG_20141123_172934

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑