Paysage étrange, doux et liquide, dont on ne sait s’il est à l’air ou sous la mer… Le premier dessin est né, et puis j’ai constaté avec surprise que le second semblait le prolonger. De là, l’idée de faire un triptyque, illustrant ces lieux entre rêve et réalité, où l’esprit peut flotter en toute liberté, suivant les bancs de brume, les courants sous-marins… L’ensemble n’est peut-être pas tout à fait fini. Je laisse reposer pour le moment, et vais passer à autre chose.

Acrylique sur papier, 36 x 48