Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Mois

octobre 2015

Pourquoi pas Santorin?

Avant-dernier de la série de quatre petits tableaux que j’ai en cours. Celui-ci m’a donné du fil à retordre, et je ne suis qu’à moitié satisfaite du résultat. Il faut dire qu’avec ma technique de progression, tout est hasardeux et aléatoire.

Je commence, en effet, par recouvrir le panneau d’un couche de gesso blanc. Puis j’applique du mortier de structure, pour donner du relief, de la texture à l’ensemble. Ensuite, j’étale des couleurs vives au (presque) hasard. Cette première couche une fois sèche, j’en applique une seconde, dans les tons bleu et vert. Et là, je prends un peu de recul, je tourne le tableau dans un sens, dans l’autre, pour voir ce qui surgit. Une falaise? Une ville? Un port?

Seulement à ce moment, je commence à travailler au résultat final. Ici, le relief sur le côté droit m’a fait songer à une ville perchée sur une falaise ou une île, comme Santorin. Mais le ciel ne me convenait pas. J’ai tenté de l’éclaircir. Caramba! Encore raté! Alors, je l’ai laissé tel quel, et j’ai même renforcé le rose et l’orangé qui n’apparaissaient que par touches. Assumons notre goût pour les couleurs! Ensuite, c’est la falaise que j’ai éclaircie, pour accentuer le relief.

Au final, une semi-satisfaction. Ce n’est pas facile de travailler sur ces petits formats, qui paraissent vite surchargés, et au bout d’un moment, l’accumulation de couches montre aussi ses limites. Alors, il faut aussi savoir arrêter, même si…

IMG_5420

Acrylique sur bois, 30 x 30 cm

Revenir au port

IMG_5413

Acrylique sur bois, 30 x 30 cm

Le Mont païen

IMG_5412

Acrylique sur bois, 30 x 30 cm

Infusion du paysage

IMG_5393

Comme des frères, acrylique sur papier, 24 x 32 cm

Vivre au bord de la mer n’est pas sans danger. Peu à peu, les couleurs s’infiltrent sous la peau, marquent la rétine de manière indélébile. Les bleus refusent toute limite et flirtent avec les verts. L’élément aqueux corrompt toutes les pages, toutes les toiles. Quant aux ciels, ils sont cette cage qui vous enferme dans leur infini. Vous avez beau faire, et d’un œil résolu vous attacher à l’abstraction, insidieusement les marées rythment vos journées et le va-et-vient de votre pinceau. L’horizon se pose partout, tel un oiseau dont il ne resterait plus que le fil. Les algues et les rochers font trébucher la soie des brosses. Le monde s’étire sur son reflet. Et c’est toujours à votre insu que la main et l’œil restituent ces parcelles rêvées de leur environnement si familier…

IMG_5394

Vers l’ailleurs, acrylique sur papier, 24 x 32 cm

Un petit aperçu de la série :

Drôles d’outils…

IMG_5384

Vers le cap, acrylique sur papier, 24 x 32 cm

Vous commencez à le savoir : j’aime explorer! Cela concerne bien sûr les techniques, mais aussi parfois les outils. Au delà des traditionnels pinceaux et brosses, j’utilise aussi divers objets pour peindre : spatules, bouchons, peignes, fourchettes, éponges et aussi cartes (de crédit ou autre) en plastique. Les deux peintures présentées ici ont été en grande partie faites avec ces petites cartes que les enseignes vous distribuent en imaginant bien sûr que vous allez leur être fidèles… Mon coiffeur qui, comme vous le savez, est formidable, a eu la gentillesse de m’en mettre de côté quelques unes afin que je puisse m’adonner à mon vice. Et voilà donc le résultat. J’espère que vous sentez l’odeur de varech, le petit vent de mer et les embruns…

IMG_5385

Coulinec, acrylique sur papier, 24 x 32 cm

Notes d’atelier 2

Acrylique sur papier, format A4

Voir aussi Notes d’atelier 1

Sortilège

Sortilège, car c’est un peu comme si j’avais été victime d’un charme lorsque j’ai entamé ce diptyque. J’avais en tête, encore, la nature verdoyante de l’Ardèche, et ces bouquets de bruyère qui poussent au pied des pins maritimes, parmi les rochers. Mais il y avait aussi autre chose. Cette impression étrange qu’il se passe autour de nous quelque chose de puissant sur lequel nous n’avons aucun pouvoir. Un philtre qui agit et pénètre nos pensées comme la brume s’immisce dans les recoins de la vallée.

IMG_5370

Diptyque acrylique sur bois, 70 x 50 cm

Insaisissable cité

Comme un rayon de soleil dans l’œil. Impossible de voir ce qui se passe vraiment dans tout ce bleu miroitant. Tout semble se déliter sous l’effet de la lumière, et se défaire en rayons, nuées, reflets… IMG_20151005_164744

Diptyque, acrylique sur bois, dimensions totales : 70 x 50 cm

C’est la première fois que je travaille sur deux toiles en même temps, dans l’idée d’une continuité ou d’un dialogue entre les deux. J’ai d’autres panneaux vierges en attente pour continuer à explorer cette voie.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑