Avant-dernier de la série de quatre petits tableaux que j’ai en cours. Celui-ci m’a donné du fil à retordre, et je ne suis qu’à moitié satisfaite du résultat. Il faut dire qu’avec ma technique de progression, tout est hasardeux et aléatoire.

Je commence, en effet, par recouvrir le panneau d’un couche de gesso blanc. Puis j’applique du mortier de structure, pour donner du relief, de la texture à l’ensemble. Ensuite, j’étale des couleurs vives au (presque) hasard. Cette première couche une fois sèche, j’en applique une seconde, dans les tons bleu et vert. Et là, je prends un peu de recul, je tourne le tableau dans un sens, dans l’autre, pour voir ce qui surgit. Une falaise? Une ville? Un port?

Seulement à ce moment, je commence à travailler au résultat final. Ici, le relief sur le côté droit m’a fait songer à une ville perchée sur une falaise ou une île, comme Santorin. Mais le ciel ne me convenait pas. J’ai tenté de l’éclaircir. Caramba! Encore raté! Alors, je l’ai laissé tel quel, et j’ai même renforcé le rose et l’orangé qui n’apparaissaient que par touches. Assumons notre goût pour les couleurs! Ensuite, c’est la falaise que j’ai éclaircie, pour accentuer le relief.

Au final, une semi-satisfaction. Ce n’est pas facile de travailler sur ces petits formats, qui paraissent vite surchargés, et au bout d’un moment, l’accumulation de couches montre aussi ses limites. Alors, il faut aussi savoir arrêter, même si…

IMG_5420

Acrylique sur bois, 30 x 30 cm