Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Mois

janvier 2016

Claire-obscure

Ils sont jeunes et riches

la femme patiente

elle sourit

ou s’ennuie

nul ne le sait

un voile réussit le prodige

de dissimuler ses traits

sans rien cacher de la forme de son crâne

lui debout téléphone à la main

son regard sur l’écran

cherche et trouve peut-être

la petite fille entre les deux

sur le sol rouge de l’hôtel

qui babille et sourit

me regarde

je me dis qu’elle a encore le temps

le temps d’être sans se cacher

elle joue avec ce que sa mère lui a donné

un mouchoir en papier

le dépiaute en confettis

je détourne la tête

ils sont partis

lui devant

ne restent sur le sol

que ces débris de mouchoir

comme une neige éparpillée

il y a sans doute quelque part

quelqu’un payé

pour nettoyer.

P1060317

Venise, 2016

Work in progress

P1060248

Phase 1 : Se mettre dans un état second et étaler des couleurs, à l’aide d’une carte en plastique, de manière totalement aléatoire…

P1060249

Phase 2 : ajouter d’autres touches de couleurs ici et là. Ici, des verts, de l’or de quinacridone. Suivre son instinct, et ne surtout pas réfléchir.

P1060250

Phase 3 : bien que sous l’effet d’aucune substance illégale, voir apparaître quelque chose qui ressemble à des sommets.

P1060251

Phase 4 : Faire sa fête au ciel, et le couvrir d’un voile blanc-gris de saison.

P1060252

Phase 5 : se lancer dans une débauche de couleurs éclatantes, et se rouler dedans, encore et encore. Si l’envie se présente, dévaler les pentes herbeuses qui se dessinent…

P1060253

Phase 6 : ajouter quelques touches de pastel à l’huile, et puis s’arrêter là en se demandant s’il est urgent de consulter ou pas. Tant de couleurs, c’est pas normal, si?

Il y aura peut-être d’autres étapes, mais pour le moment, je m’arrête là.

Tumulte

P1060244

Diptyque, acrylique sur bois, 70 x 50

Notes d’atelier (4)

Mixed media sur papier 15 x 15 cm

Quelques essais entre abstraction et paysages, sur des carrés de papier précédemment peints et collés.

Venteux, aqueux… j’aime cette idée de dilution, comme un effet d’optique, ou un songe qui s’évanouit. Ce doit être mon environnement qui, inconsciemment, déteint sur moi.

Travailler avec les rouges, les roses et les orangés me plait, même si je trouve ces couleurs plus difficiles à apprivoiser que les tons froids, entre bleu et vert. J’aime particulièrement la chaleur qui se dégage de l’orange de cadmium. 

Et vous, ça vous inspire quelque chose? 

Notes d’atelier (3)

Mixed media sur papier 15 x 15 cm

Voici quelques premières études sur la notion de paysage.

Pour les semaines (les mois?) à venir, j’ai décidé de travailler sur l’interprétation du paysage. J’ai pour idée de partir de photos et de formes connues, puis de laisser mon imagination me guider vers une abstraction de plus en plus grande. Jusqu’à ce que je trouve l’équilibre entre le paysage réel et le paysage rêvé, afin que chacun puisse entrer dans la toile, et y découvrir le panorama qui lui correspond. Autant dire que j’ai du travail, mais que je vais aussi bien m’amuser…

Je suis très attachée à cette notion de « jeu » dans la création. Tout le processus consiste peut-être à retrouver cet enfant intérieur spontané et libre, pas encore entravé par les inhibitions et les préjugés. J’imagine que de la même façon qu’il existe différents modes de vie, il existe une quantité infinie d’entrer dans la création, mais celle qui fait la part belle au jeu, à l’expérimentation et à l’improvisation est vraiment celle qui me correspond.

Solarisation

Jeune femme

Peinture, collage et montage photo

Près de moi

tu brûles

de ce rouge

que l’oiseau cache

dans son jabot

***

loin

tu guettes

dans le soir violet

le présage

qui rafraîchira

l’attente

***

infimes

ces gestes

que tu as

dentelle

que ta main grave

sur mon cœur

par solarisation.

Il pleut toujours le dimanche soir

Il pleut toujours le dimanche soir

sur la vitre de la voiture

qui rejoint les lumières de la ville.

***

Dans le cœur, en lentes coulées

une bombe signe

FIN DE LA LIBERTÉ.

***

Cinq jours de gris derrière l’écran de pluie.

***

L’eau n’effrite pas l’ennui.

***

Il demeure, là, granitique et froid,

au vent des esplanades,

tombe des enfances perdues. 

***

Il pleut,

la voiture file.

***

La vitesse meurtrit les rêves.

Fillette

Peinture, collage et montage photo

Chaud et froid/Sous le jeu des larmes…

Je reprends mon défi des Cinq Branches de l’Etoile, qui consiste à s’aventurer dans la création littéraire, picturale, visuelle et sonore en partant d’une contrainte, comme dans un atelier d’écriture.

Pour cette semaine, le thème est : Chaud et froid.

Le vers de Reverdy : Sous le jeu des larmes qui viennent tout bas.

Japonaise

Peinture, collage et effet photoshop… juste pour le fun!

Etudes pour une femme-rocher

Ce qui déclenche l’inspiration est toujours imprévu et surprenant. Pour cette femme-rocher, cela a d’abord été un morceau de roche émergeant des flots furieux à Port-Manech. Le vert incrusté sur le granit m’avait particulièrement plu.

P1060191

Et puis, plus tard, cette réflexion que nous sommes pleins de zones d’ombres et ne montrons, le plus souvent, seulement la part de nous qui est socialement acceptable. Un peu comme ces rochers aux facettes innombrables, plissés, ravinés, dentelés. Résistants et friables.

Comme eux, nous avons aussi parfois plein d’oiseaux dans la tête…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑