La création peut jaillir de n’importe où. D’un mot entendu, d’un poème lu, d’une lumière ou d’un regard. Elle nait aussi, je crois, de ces moments où l’on s’adonne à une pratique sans enjeu. Improvisation musicale ou picturale, littéraire, gestuelle. Ou tout ensemble… après tout, pourquoi pas?

Ce matin, je me suis livrée à cet exercice qui est une sorte d’échauffement pour l’esprit, la main, le regard. J’ai froissé un journal, étalé de la peinture bleu sombre et turquoise dessus et j’ai imprimé ce motif né du hasard sur des feuilles vierges. J’ai ensuite utilisé feutres, pastels, mine graphite et peinture pour créer autour de ces formes, un élan, un mouvement, une musique géométrique, pointilliste, ou estompée.

Il n’y a à y chercher ni réussite, ni beauté. Peut-être juste l’équilibre chancelant et naïf de ce qui se donne sans arrière-pensée.

Catégories : Notes d'atelier

9 commentaires

Océane · 29 février 2016 à 16 04 48 02482

Les chemins de la création sont infinis 😉

keisha41 · 29 février 2016 à 18 06 27 02272

Ha j’aime bien, sur un on dirait une hélice (ADN?)
Je peux demander le Peter Heller à la bibli; Après faut négocier

    Gwenaëlle Péron · 29 février 2016 à 18 06 38 02382

    ADN, oui, peut-être… 😉 Négocier quoi? Le livre ou le fait que si tu ne le lis pas, je te cause plus ? 😉

      keisha41 · 1 mars 2016 à 14 02 59 03593

      Le livre, en fait il n’est pas présent physiquement, je dois le demander;
      Pour plus me causer, ça..; ^_^ j’ai déjà lu sur la pêche à la mouche, forcément.

aifelle · 1 mars 2016 à 7 07 50 03503

Je vois des personnages dans ton essai du jour et certainement pas des hélices 😉 En tout cas, le tout donne une impression de légèreté bienvenue.

    Gwenaëlle Péron · 1 mars 2016 à 12 12 38 03383

    Merci Aifelle! Comme quoi, Keisha et toi n’êtes pas toujours d’accord! 😉

monesille · 3 mars 2016 à 19 07 12 03123

C’est la fête, des confettis, des serpentins, des feux d’artifices, en tout cas c’est très gai !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :