Mois : mars 2016

Poème pour les pierres (1)

Sur ta peau l’empreinte de mes doigts caresse prolongée à ta surface irréfutable pour déchiffrer la gravure du temps et des embruns vocable sensible des mystérieux passages de la lumière à l’obscurité je ne saurai rien de ton obstination minérale ne te connaitrai pas mieux après mais au creux des mains j’aurai inscrite à jamais la douce poésie de ton langage.

Plus

Et s’aimer…

Quatre heures du matin. Je ne dors plus. Cette urgence au creux du ventre, presque comme une contraction. Aller écrire. Aller jeter sur le papier. Des mots. Des morceaux. Il faut peut-être ce réel détraqué par l’insomnie pour atteindre cette écriture vraie. Dans cette ivresse créée par la privation de sommeil, dans cet instant suspendu […]

Plus

Livruscule

Toujours plein d’idées dans la tête, et jamais assez de temps (ou d’espace) pour les réaliser. Mais aujourd’hui, foin des contraintes, je me suis lancée/amusée à faire ce livruscule spontané, tant au niveau des couleurs que des mots, puisque j’ai pratiqué une écriture semi-automatique… C’est un jeu en rose et bleu, et puisque le début mord la queue […]

Plus

Influences

La lecture du dernier roman d’Anne-Laure Bondoux m’a inspiré, inconsciemment, la série de dessins en noir et blanc que je vous présente. Dans « Tant que nous sommes vivants », l’auteure raconte l’histoire de Bo et Hama. Ils vivent dans une ville cernée de toutes parts par la guerre. Ils travaillent dans la même usine et s’aiment. Un jour, […]

Plus

Balade dans la ville

Balade dans la ville au soir couchant. L’occasion de saisir. Avec les yeux, avec tous les sens. Ce qui vit et bouillonne. Ce qui réjouit et apaise. Chercher l’extraordinaire dans le banal. Le merveilleux dans le quotidien. Parfois, un sourire suffit à faire tout basculer… Menus présents … Ton humeur changeante ce soir alors que tu marches à […]

Plus

Circumambulation

Douce lassitude du soir quand la journée se termine le jour filant sur son erre la mémoire encore toute gorgée des mots         des voix ce qui fut et ne reviendra plus . sous la main pages tournées prélude aux rêves déjà en marche sur le chemin de ronde des nuits sphériques […]

Plus

Notes d’atelier (6)

Se laisser porter par l’inspiration du moment. Pointe épaisse du feutre qui trace sur le blanc des lignes irrégulières. Couche superposées. Cailloux, sable, sédiments. Jouer sur l’épaisseur, la forme, le mouvement. Imaginer un monde invisible où grouillent des cellules obéissant à de mystérieuses connexions. Croûte terrestre ou peau dévoilant ses épaisseurs? Feuilles ou racines? Ne […]

Plus