P1060790

Sur ta peau

l’empreinte de mes doigts

caresse prolongée à ta surface irréfutable

pour déchiffrer la gravure

du temps et des embruns

vocable sensible

des mystérieux passages

de la lumière

à l’obscurité

je ne saurai rien de ton obstination minérale

ne te connaitrai pas mieux après

mais au creux des mains

j’aurai inscrite à jamais

la douce poésie

de ton langage.


6 commentaires

monesille · 29 mars 2016 à 23 11 33 03333

La douce poésie de ton langage ! tout est dit !
Bisous

emilieberd · 30 mars 2016 à 15 03 41 03413

On sent la pierre défilée sous nos doigts.

Asphodèle · 30 mars 2016 à 17 05 52 03523

Magnifique ! La pierre qui devient chair ! Et sur la photo, on dirait un gisant…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :