Poèmes pour les pierres (6)

P1060803

Je te regarde

ne sais pas

si tu souffres

si tu jouis

de ce ciel

qui baigne ton visage

de ce souffle qui

creuse ta poitrine

plaisir suprême

colère divine

ton corps de pierre

supplicié par le désir

que la pluie lentement

serpentine

sur ta peau de gisant.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s