La deuxième semaine d’exposition s’est mieux passée. Le Cher commençait à se calmer, le ciel se maintenait au bleu, et les températures avaient pris d’un coup dix degrés. J’ai eu davantage de visiteurs, et quelques toiles et dessins sont partis trouver leur place dans d’autres maisons, pour ma plus grande joie. C’est une chose d’avoir des retours positifs, c’en est une autre quand quelques personnes franchissent le pas et repartent avec un dessin ou une toile sous le bras…

Avec grand plaisir, j’ai pu faire quelques randonnées autour de Saint-Aignan. La campagne était belle sous le soleil du matin. Le terrain était parfois encore un peu spongieux, mais plutôt praticable. J’ai marché entre vignes et champs de céréales, arpenté le halage du Canal du Berry. Sous mes pas, les graminées libéraient leur pollen. L’alouette chantait. Un faon gambadait avec sa mère et le lièvre goûtait l’herbe du chemin.

On trouve beaucoup de ces petites maisons – appelées loges de vignes – au gré des chemins. Elles servaient d’abri aux viticulteurs. Elles sont pour la plupart constituées d’une seule pièce, avec un foyer qui permettait de se réchauffer (et de cuire le fricot?) durant les journées de travail les plus froides. Malheureusement, elles ne sont plus entretenues… Celle-ci, avec son rosier planté près de la porte est particulièrement charmante.

A la moitié de la semaine, Joëlle et moi sommes parties visiter Nohant, où se trouve la maison de George Sand.

IMG_20160608_134216

La visite guidée est passionnante. On y apprend que George Sand a été une des premières à être équipée d’une cuisinière en fonte, alors qu’à l’époque on cuisinait encore sur un potager. Chaque été, un piano prêté par Pleyel faisait les voyage de Paris à Nohant pour que Chopin puisse composer. Et le chemin du retour quand la belle saison était terminée… Le théâtre (théâtre classique et de marionnettes) n’est pas la moindre des surprises que réserve cette maison. Le jardin mérite lui aussi le détour.

La fin de la semaine est ensuite passée assez vite, entre souper fin et balades matinales. Le dimanche, après avoir assuré la dernière permanence à la galerie, j’ai remballé mes tableaux, tout entassé dans la voiture, et après avoir salué tout le monde (merci pour le coup de main, les filles!) j’ai repris la direction de la Bretagne… sous la pluie!

That’s all folks! 

Générique de fin 

dans le rôle du guide berrichon : Joëlle Keisha

dans le rôle de la fondatrice de la galerie Vagabonde : Rose Tripault

dans le rôle de l’intrépide exploratrice : Sabine Faulmeyer

dans le rôle du premier et enthousiaste acheteur : Slimane O.

dans le rôle du phénomène fin gourmet aux goûts éclectiques : Roland B.

dans le rôle des hôtes du gite mention « adorables! » : Line et Eric Blondel

dans le rôle du visiteur le plus « rock and roll » : l’inconnu dont je ne sais pas le nom qui m’a implicitement traitée de « bonne femme », ça vous remet à votre place et droit dans votre condition…

dans le rôle du soutien moral : Kosta, dit Le Grec

dans le rôle du choeur antique : les grenouilles et crapauds de Chaumont

Avec la participation de Jean Sébastien Bach, Sarah Vaughn, Pearl Buck, du super U de Selles sur Cher, de la fromagerie Huet et du Cher bien sûr! 

Merci à vous tous! I will come back!