Les nuages n’ont pas de forme

mais c’est égal

car derrière les dessins de la pluie

je devine

ce qui n’est pas dit

la silhouette mouvante d’un arbre

une lumière dans la nuit

le temps s’étale

sous mon corps étrave

je nage

dans des copeaux d’orage

mais déjà sur la vitre du ciel

le bleu de l’eau

tisse la trame

de ton regard attendri.

Texte et photo : Gwenaëlle Péron