Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Mois

décembre 2016

Belles fêtes!

La fin de l’année approche, aussi je vous souhaite à tous de belles fêtes, de la joie et de bons moments avec vos proches ou moins proches. Je vous donne rendez-vous fin janvier, date à laquelle mon atelier devrait enfin être aménagé, équipé et praticable! Amusez-vous bien!

Vagabondages (4)

Un lieu

Autrefois, presque au bout de la route qui menait à la Pointe du Raz, les passagers pour l’île de Sein faisaient un arrêt au Relais de l’Île de Sein, avant d’embarquer depuis le port-abri de la Bestrée, juste en contrebas. Depuis décembre 2015, c’est Monsieur Papier qui a élu domicile dans cette ancienne bâtisse, au bout du bout, juste à côté de la mer. C’est une boutique-café, ouverte toute l’année. On y trouve de très jolies créations maison : cahiers, carnets, cartes, posters, ainsi qu’un espace dont la vue donne directement sur la lande et la mer où l’on peut déguster des assiettes de produits locaux, des thés et des bières bretonnes. Un lieu original, à l’ambiance chaleureuse, et où l’on est fort bien accueilli. Une adresse qui va devenir chouchou, je crois, et que je partage volontiers avec vous tant cela mérite le détour. Pour les malheureux et les malheureuses qui vivent loin de la Bretagne, Monsieur Papier possède une boutique en ligne où vous trouverez tous leurs produits.

Lire la suite

Just for fun

Trois études sur papier, format 21 x 29,7

Vagabondages (3)

363 006

C’est le nombre de caractères, espaces non comprises, que contient l’histoire que je viens d’achever, après une dernière ligne droit intensive. Elle a eu une genèse un peu chaotique. Commencée il y a environ un an, elle avait déjà en germe tous les personnages, mais après plusieurs essais, je l’avais laissée tomber car je n’arrivais à rien. Dans ces cas-là, l’écriture se tarit d’elle-même, à force d’être laborieuse.

img_3432

La lecture d’un roman a produit un déclic en moi. En avril, j’ai découvert la plume de Frédérique Martin à travers « Sauf quand on les aime« , un roman que j’ai vraiment apprécié. Est-ce parce que l’auteur anime des stages d’écriture et que son bel esprit a infusé en moi à travers cette lecture? Je ne sais pas, mais soudain, comme avec des formes semblables on produit un autre arrangement, j’ai vu mon histoire dans une autre perspective. A travers le prisme de la filiation, tout ce qui était encore en friche prenait sens. En l’espace d’un week-end, j’ai reconstruit l’ensemble. Un personnage qui était mort dans la première version a ressuscité. Une petite fille à l’état de fantôme est devenue bien réelle. Et l’histoire s’est ensuite déroulée par salves, selon le temps que je pouvais lui accorder. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑