Quelques photos prises par une belle journée de printemps et un poème…

P1080702

Sous les arches

où l’ombre découpe la lumière

ma paume déchiffre les aspérités

tant de mains avant la mienne

lourdes tendues et abîmées

comment ont-elles pu créer

pareille dentelle

ce rideau de pierre

au pignon du ciel

cet élan granitique

qui soutient les nuages?

Si toutes les chapelles

étaient à cœur ouvert

il serait sans doute

moins difficile

de croire.

P1080700P1080692P1080690P1080681

Les ruines de la chapelle de Languidou, dans le Finistère Sud, près de Plovan. 

photos ©Gwenaëlle Péron

Catégories : PhotoPoésie

4 commentaires

aifelle · 4 mai 2017 à 6 06 53 05535

Le noir et blanc sur les vieilles pierres, c’est magique !

    Gwenaëlle · 7 mai 2017 à 12 12 18 05185

    Ah oui, la lumière était vraiment idéale ce jour-là. Un franc soleil!

sylire · 7 mai 2017 à 10 10 51 05515

Magnifique !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :