Peindre est une activité souvent solitaire. On passe de longues heures seule, dans son atelier, à tenter de défricher le chemin sur lequel on s’est mis en tête d’avancer. Le temps s’écoule plus ou moins lentement, selon qu’on se sent inspirée ou qu’on reste sèche devant la toile. Les journées se suivent, et il arrive même qu’elles se ressemblent car il est important d’être constante et régulière. Parfois, la musique ou la radio tissent un fond musical qui trompe l’impression de solitude. Non que cette impression soit désagréable. Elle est même souvent recherchée, mais elle ne peut pas durer. Ce ne serait bon ni moralement, ni financièrement. 

Alors vient le temps de l’exposition. Et si l’on doit assurer une présence pour accueillir les visiteurs, commence le temps de la galerie. Ce temps que j’appelle « blanc » parce que soudain la tension de la création est remisée dans le placard de l’atelier, avec tous les projets en cours. Temps blanc parce que c’est celui d’une sorte d’attente, mais une attente d’une qualité particulière. Il y a autour de soi cet espace aux murs neigeux couvert de ses propres toiles. Ce qui était jusqu’alors un chemin, une avancée, devient une bulle qui rassemble sur quelques murs le travail de plusieurs mois. On y voit les différentes étapes, une certaine évolution dans la manière dont on s’est emparée du sujet. C’est un temps d’observation distanciée sur son propre travail, une autre forme de réflexion qui, déjà, prépare la suite.

IMG_0445

C’est le temps blanc où l’on se concentre sur le regard des autres, de cet Autre qui vient, curieux, regarder ce que l’on a passé plusieurs mois à faire. Il y a évidemment des enthousiasmes et des interrogations, des rejets et des incompréhensions. Il y a des sourires, des questions, des mains qui se tendent pour attraper ces petites cartes de visite qu’on a disposées un peu partout. Certains parfois regardent aussi les prix, ou suivent les toiles en essayant d’en retrouver les titres sur la liste. Qu’ils lisent « Sans titre » et c’est une forme de perplexité qui apparait sur leur visage. Qu’est-ce que l’artiste a bien voulu dire? Ce temps blanc, c’est aussi une façon de laisser de l’espace et des minutes pour que la toile accrochée au mur pénètre le regard de celle ou de celui qui contemple. Lente infusion des couleurs. Mystère des formes où l’on cherche quelque chose de familier, quelque chose qui rappelle. Parfois non. Alors, saut dans l’inconnu.

J’apprécie profondément ce temps blanc à la qualité si particulière, et nécessaire. Une alternance de silences prolongés et d’irruptions joyeuses dans le cocon des toiles qui invitent au voyage. Quel que soit l’accueil qui est réservé à mon travail, je me délecte des échanges et de la curiosité des spectateurs. Parce que là est le véritable aboutissement de ce que j’ai entrepris. La toile n’est pas terminée quand j’ai rincé mon pinceau. Et je crois même qu’elle ne l’est jamais vraiment, parce que chaque regard posé sur elle lui apporte quelque chose de nouveau.

IMG_0446

Pendant une dizaine de jours encore, je vais pouvoir apprécier ces heures passées à la Galerie Rouge. En percevoir les bruits et les vibrations. Imaginer la succession de tous les travaux qui ont été exposés là. Observer les variations de lumière à travers la devanture qui donne sur une rue passante. Temps de contemplation et d’échanges. Je vois les gens remonter la rue dans un sens pour acheter leur pain et leurs croissants, et puis repartir. Parfois, un petit coup d’œil de côté :  ils aperçoivent les toiles, les murs blancs et moi qui me tient au milieu, tantôt assise à lire ou bien discutant avec des personnes qui sont entrées auparavant. Certains, plus curieux que d’autres, poussent alors la porte et viennent regarder, des miettes au coin des lèvres et le quignon de baguette à la main.  Ils ont faim! De pain, de poésie et de peinture, qui sait? Peu importent la durée et la forme de la rencontre, c’est toujours un bon moment!

Si vous souhaitez passer me voir, toutes les informations sont sur l’affiche ci-dessous :

Expo octobre 2017 affiche JPEG