20180103_113558.jpg

Acrylique et pastels à l’huile sur toile, 80 x 80 cm

Je commence l’année en terminant une toile entamée en novembre 2017. L’ensemble est venu à coups de pinceaux très spontanés, sans trop cogiter à l’harmonie des couleurs ou des formes.  D’où ce côté un peu brouillon (venteux diront les plus polis…), cette impression d’une nature non contrainte et qui s’exprime dans un fouillis de tiges et de brins.

Cela reflète bien mon état d’esprit du moment, où je suis en train d’éliminer peu à peu tout ce qui m’entrave, m’alourdit, me freine. Et je me dis qu’il est bon de commencer cette nouvelle année avec cette vision d’un printemps, cachant dans ses plis de verdure un lieu secret où peuvent circuler les esprits et les créatures, comme coule cette eau douce, sans qu’on sache d’où elle vient, où elle va…

Fluidité, fraîcheur, liberté… de bonnes directions à suivre en 2018, vous ne trouvez pas?