No man’s land

A la croisée des chemins

une route vers l’infini

une autre route perdue dans les brumes

et ne pas savoir où aller.

 

Tentation de rester là

attendre le destin

ou retourner en arrière.

On ne peut refaire le chemin

la règle du jeu est d’avancer.

 

Au croisement

une autre énigme dit :

« Ne pas choisir ».

 

Laisser faire le hasard!

Aller au gré d’un rocher, d’une source,

d’une touffe de genêts,

où conduisent les pas.

 

Qu’importe s’il n’y a ni route

ni infini.

Personne n’arrive jamais au bout du voyage.

 

Ce poème d’Anne Pion est extrait du recueil illustré par Fabienne Verdier, La Forme des pierres après le passage du vent.

Merci encore à toi, Sabine, pour cette lecture où je vais m’abreuver souvent!

Le défi : une peinture et un poème, pendant les quinze jours du Printemps de la Poésie.

Sur le blog d’Emilie vous trouverez aussi un poème nouveau chaque jour…

 

6 commentaires sur “No man’s land

  1. Un recueil avec Fabienne Verdier qui m’aurait échappé ? Superbe poème et j’aime énormément la peinture, qui curieusement me fait penser à un oiseau en vol.

Envie de réagir?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.