Se ravaler la façade gommer les impuretés

mettre son mascara. Tous les jours se maquiller,

changer un peu de corps pour qu’on nous trouve

moins abîmée.

Le maquillage, colle aux cils, s’empâte dans les

yeux ou aux commissures des lèvres. Jamais on

ne pense, non vraiment, le soir devant la glace, le

matin d’après, assis dans la cuisine en attendant

son café, que ça va gluer autant et que cet autre

que nous voulions et que nous ne voulons plus

a fini par s’attacher. Alors on l’aime un peu, on le

déteste, le laisse gagner du terrain ou le repousse

à coup de coton et de démaquillant.

Quelle tête ravagée, ce matin,

finit-on par se dire.

Voie sans issue.

Silvia Häri, Mention fragile

Sur le blog d’Emilie, d’autres poèmes à découvrir.

 


11 commentaires

Lewerentz · 12 mars 2018 à 7 07 01 03013

À la lecture de ce poème, je suis bien contente de ne pas me maquiller du tout !
J’aime beaucoup la « dégringolade » de bleu de votre acrylique, avec, tout à coup ce splash de rouge.
Bonne journée.

    Gwenaëlle · 12 mars 2018 à 19 07 16 03163

    Merci! Oui, j’ai vraiment improvisé sur ce coup-là, et puis l’œil est apparu dans le coin du miroir et je n’ai fait que mettre un peu de khôl…

Asphodèle · 12 mars 2018 à 13 01 59 03593

Ton tableau est à lui seul le poème !!! Que de vérités aussi…. Mais si je me maquille (pas tous les jours), je prends bien soin de démaquiller pour éviter ces coulures qui donnent des airs de clown triste ! 😆 Un très joli choix et encore bravo pour ton oeuvre…

    Gwenaëlle · 12 mars 2018 à 19 07 15 03153

    Merci Asphodèle! Chez moi, le ravage, c’est plutôt le matin au réveil si j’ai les paupières gonflées. Pour le reste, peu de maquillage, parce que je n’aime pas énormément cela. Un peu de soleil sur les joues, c’est mieux! 🙂

emilieberd · 12 mars 2018 à 14 02 25 03253

On joue à Picasso avec nos masques, nos maquillages et nos regrets!
Très beau poème.
Et je poussoir Asphodèle s’agissant de tes peintures !

    Gwenaëlle · 12 mars 2018 à 19 07 14 03143

    Merci! Oui, mais est-ce qu’on se maquille parce qu’on aime vraiment ça, ou bien parce que la pression sociale exige qu’on soit toujours, le plus possible, belle, fraîche et séduisante? Hum…

      emilieberd · 13 mars 2018 à 10 10 06 03063

      Pas de doute : la pression sociale 🙁

aifelle · 12 mars 2018 à 17 05 31 03313

Oh là là, ça déprime aujourd’hui 😉 grandeur et décadence ! Ça m’a fait rire tellement c’est imagé.

    Gwenaëlle · 12 mars 2018 à 19 07 12 03123

    Exactement, grandeur et décadence, avec beaucoup d’humour en prime. 🙂

claudialucia Ma librairie · 14 mars 2018 à 20 08 59 03593

Bof ! La pression sociale, je n’y crois pas trop. On aime ça ou on n’aime pas ! D’ailleurs, quand on est jeune on n’en pas besoin et quand on est vieille, pff! c’est fichu ! C’est bien ce que dit le poème, non ? et avec quelle ironie !
Elle a encore l’oeil jeune sous le masque, ta femme !

    Gwenaëlle · 14 mars 2018 à 21 09 47 03473

    Je pense que dans certains milieux professionnels, c’est plutôt mal vu de venir le visage nu. Cela dit, il faut aussi apprendre à défendre sa liberté !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :