On a célébré, il y a quelques semaines, l’anniversaire du naufrage du tristement célèbre Amoco Cadiz. Ce pétrolier libérien s’était échoué, le 16 mars 1978, sur les rochers de Portsall, dans le Finistère nord, à la suite d’une avarie. Aujourd’hui encore, la terrible marée noire qui s’en était suivie est considérée comme l’une des pires catastrophes écologiques de l’histoire.

Il se trouve que le petit port en question, à seulement deux kilomètres du lieu du drame, je le connaissais bien. Mes grands-parents avaient fait construire une maison pour leur retraite juste en face. Les plages, et les côtes qui étaient souillées étaient celles où j’allais passer mes vacances de petite fille. L’été qui a suivi, je me souviens qu’il suffisait de creuser quelques centimètres dans le sable pour trouver les particules noires du pétrole accumulé, et que les rochers étaient encore souillés à certains endroits.

20180409_112603.jpg

Le souvenir de tout cela devait flotter dans ma mémoire ce matin quand j’ai entamé cette série de trois peintures sur papier. Il y a des évènements qu’on n’oublie jamais. Depuis heureusement, des mesures ont été prises pour que les bateaux passent au large des côtes, dans le rail d’Ouessant. Mais cela ne garantit pas une sécurité totale pour autant.

Comme vous pourrez le voir dans la vidéo ci-dessus, la course à la rentabilité était déjà une des raisons de cet horrible naufrage. En 1979 les journalistes avaient le droit de s’indigner et de dénoncer haut et fort ces pratiques. Ça aussi, ça a bien changé. Mais ce n’est pas forcément pour le mieux…

20180409_112634.jpg

Trois peintures sur papier, format A3, peinture et feutres acrylique, pastels à l’huile. 

Catégories : AcryliquePapier

6 commentaires

Paul Philbée · 9 avril 2018 à 12 12 54 04544

Très belle peinture pour un sombre naufrage ! Merci pour le partage
Paul

    Gwenaëlle · 9 avril 2018 à 14 02 34 04344

    Merci Paul. Bonne fin de journée!

lewerentz · 9 avril 2018 à 16 04 09 04094

Oui, très belles acryliques 🙂

Marilyne · 10 avril 2018 à 10 10 16 04164

Quelle horreur que cet accident. Tes toiles le rendent bien. Et elles rejoignent en quelques sortes ta précédente réflexion sur la mémoire, les traces ( ici dans tous les sens du terme )

    Gwenaëlle · 10 avril 2018 à 15 03 52 04524

    Merci! Oui, il y a sans doute une forme de continuité dans tout cela.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :