A l’origine de la série Western Song

Je suis sortie du dernier hiver avec le moral bas et l’enthousiasme proche de zéro. Je me contraignais malgré tout à travailler dans mon atelier, le plus possible, même si les résultats ne me satisfaisaient pas. Un jour, je me suis lancée dans des essais sur papier, en travaillant d’abord avec de l’encre noire, répandue de manière aléatoire en faisant bouger la page. Par là dessus, je balançais mes couleurs. Rapidement, j’ai délaissé l’aléatoire pour utiliser des pinceaux afin de laisser jaillir le mouvement. Je voulais que mon bras puisse danser, ma main tracer librement sur la page, sans contrainte. Au bout du pinceau trempé dans l’encre acrylique, laisser le geste dire ce que je ne pouvais pas exprimer.

20180426_102226
Un des premiers essais

Au même moment, j’écoutais les podcasts d’une coach américaine, à l’attitude extrêmement proactive. Parfois, on sait que quelque chose ne va pas, qu’on tourne à vide et on a besoin d’une aide extérieure, au moins pour orienter la réflexion. Sinon, on ne s’en sort pas. La coach posait cette question : que désirez-vous mettre dans votre vie? Pour moi, la réponse était évidente. Je voulais y mettre de l’excitation. Quelque chose qui me donne envie de me lever chaque matin, qui me fasse jubiler et stimule toutes mes synapses.

L’idée, c’était qu’il n’y avait pas besoin d’attendre une manifestation extérieure. On pouvait, disait cette femme, être heureux, là, immédiatement. Il suffisait de le décider. De décider de voir autour de soi les manifestations du bonheur : une marche en forêt, un sourire échangé, un bon repas, un verre partagé avec des amis. Il fallait commencer, là, tout de suite, maintenant.

Grâce à ces paroles, mon regard s’est déplacé légèrement, comme si je changeais de focale. Alors ce qui en moi était figé, gelé presque, a commencé a retrouver de la mobilité. Peu à peu, les mécanismes qui s’étaient grippés – je ne sais pourquoi – se sont remis à tourner. Ce mouvement intérieur est allé de pair avec une rencontre. Elle s’est produite trois jours après la série des premiers dessins. Comme s’il avait suffi de cette modification intime pour que l’univers – qui toujours conspire -, m’adresse un clin d’œil à sa façon. Entre réalité et fiction, un drôle de personnage a jailli dans ma vie. Cette rencontre m’a aidée à retrouver la voie que j’aime, celle qui consiste à accueillir l’inattendu, à nager dans le mouvement de la vie, à aller vers ce “préférable”, comme le dit Robert Misrahi, dans La joie d’amour.

20181107_1126411
Une des trois premières peintures

Dès les premières peintures de ce qui allait devenir la série Western Song, j’ai su qu’il se passait quelque chose. Je commençais à exprimer vraiment une part de moi à travers ces lignes fluides et ces jeux de transparence éclaboussés d’embruns. Je me suis déclarée comme peintre en 2015. C’est récent et jusque là, je cherchais, en tâtonnant, mon expression propre. Il m’a semblé, en cette fin avril, que j’avais trouvé l’entrée du chemin.

20181107_112620
Western Song #21

La mer, dans son infini mouvement, était dans mon esprit. Mais aussi l’idée de la rencontre, comme deux eaux qui se mêlent, provoquant remous et éclats. Une sorte de choc liquide. Un choc qui n’est ni douloureux ni dangereux, mais qui éclabousse. Derrière, pulsait le sentiment d’être en vie. Une vie faite parfois d’énergies contradictoires, d’élans qui peuvent être contrariés, mais une vie palpitante, mouvante, sensible, intrépide, joyeuse, qui se moque de son absurdité dans un grand éclat de rire.

Western Song, c’est l’idée de deux forces qui s’affrontent, mais pas pour gagner. Seulement pour jouer, pour être dans le plaisir du jeu. Et de fait, toute la série que j’ai exécutée entre avril et octobre est à l’image de cette idée et des moments lumineux que j’ai vécus durant ces mois.

20181107_112121
Western Song #15

Mais comme toutes les histoires, celle-ci a une fin. Elle s’est arrêtée net, comme si quelqu’un avait fermé le robinet. L’automne s’est invité. La mort aussi. Les jeux se sont tus. Et les grands enfants que nous étions ont réintégré leur vie d’adultes, plus ou moins responsables.

Western Song est une série d’une soixantaine de peintures particulièrement chère à mon cœur. Elle marque un moment important dans ma vie. Un vrai basculement, qui m’a fait quitter les marécages noirs où il m’arrivait de patauger encore, pour aller vers un surcroit de lumière et d’intensité. J’ai changé. Ma peinture a changé. Une part de moi, grevée par le passé, s’est libérée enfin des résidus de pesanteur qui subsistaient. Malgré les pertes, malgré les revers, je me sens portée par une joie nouvelle et indéfectible. Une joie qui donne envie. L’excitation, le désir et l’envie sont là, couchés en tas comme des beagles au pied de mon lit, quand je me lève le matin. Il n’y a qu’à les siffler pour commencer la journée.

20181107_112956
Western Song #22

Une partie de la série est en vente en ligne, sur la page dédiée. Je vous en reparlerai plus longuement très bientôt.

7 commentaires sur “A l’origine de la série Western Song

  1. Belle histoire d’une tranche de vie avec ses hauts et ses bas ; mais au final quelque chose de construit qui s’est bien installé. (petite coïncidence : tu mentionnes Robert Misrahi dans ton texte, je suis passée devant sa maison hier, et il m’est arrivé plusieurs fois de l’apercevoir quand je fais cette balade là). J’aime beaucoup ta série.

      1. Je n’ai pas encore lu Misrahi mais je me promets bien de le faire un jour. J’aime beaucoup ses interviews quand il y en a à la radio, j’ai l’impression d’un homme chaleureux.

Envie de réagir?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.