C’était dimanche. Il faisait gris. Il fallait bien s’occuper. Parmi les livres que je voulais donner, il y avait les Contes Carnivores, de Bernard Quiriny. Il s’agit d’une suite de nouvelles à la tonalité étrange. J’ai commencé par la première, en prenant une page après l’autre, chaque page donnant lieu à un collage de mots. Puisque d’une certaine façon, je suivais l’histoire, mes poèmes collés ont fini par en former une autre. Une histoire de rencontre. La voici, en mots et en images. (Un prochain dimanche, je mettrai en pièces la nouvelle suivante…)

Hôtel Hors Norme

20190107_121805

Nous pourrions

sur la plage désertée

ne pas pousser trop loin l’intimité

en faisant tourner

sans extravagance

la carte

des plaisirs

en papier de soie

*

vers la ville

un réveil mécanique

une dernière fois

la femme-orange

je ne sais pas

son visage

le magnétisme de ses yeux

images de vampire

scandinave

alors je l’ai oublié

pensivement

20190107_140916

*

je tentai ma chance

quelques confidences

et elle comme une enfant

dans cette aventure

pencha la tête

pour profiter de cette aubaine

sur la nuit

vous imaginez mon état

*

un geste de résistance

aux ébats de circonstance

un silence

peau d’orange

faire l’amour?

ou simplement

contempler

l’incompréhension

20190107_121917

*

puissant parfum d’orange

proche de la mandarine

des fragments oubliés

sous mes doigts

la sensation

dissymétrique

son dos, ses reins et ses cuisses

le temps s’était arrêté

ses fesses

je vous épargne la suite

20190107_121937

*

le dénouement

de l’ange blond

c’était délicieux

absolument délicieux

une flamme

dont on a sucé la pulpe

j’ouvris les yeux

pour me souvenir de ma nuit

j’avais fait l’amour

à peine

20190107_121950

*

j’aurais aimé

je n’osais pas

lui parler

du culte

d’amour

nous quittâmes l’hôtel

le même jour.

20190107_140900

 

 

 


5 commentaires

lewerentz · 7 janvier 2019 à 15 03 37 01371

C’est intéressant comme démarche; cela me plaît – et pourquoi pas tenterais moi-même à l’occasion.
Je n’ai jamais lu cet auteur mais son dernier roman (« l’affaire Mayerling ») me tentait pas mal.

    Gwenaëlle · 7 janvier 2019 à 16 04 13 01131

    C’est comme un jeu, qui permet de laisser voguer la créativité qui est en soi… Si tu te lances, tu me montreras le résultat? On pourrait proposer un challenge à l’occasion…

keisha41 · 8 janvier 2019 à 9 09 12 01121

Heu, après les partitions, les livres? ^_^ Mais chouette résultat!!!

Mélanges amoureux – Gwenaëlle Péron · 18 juillet 2019 à 6 06 27 07277

[…] repris le livre de Bernard Quiriny, Contes carnivores, que j’avais déjà massacré une première fois pour poursuivre mon trafic d’histoire. La règle du jeu est simple : choisir une des […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :