Semaine #1

20190106_115520
La cabane défaite

La terre. Le pied sur la bêche, le métal qui s’enfonce dans la matière noire et meuble. Tranches épaisses échevelées de touffes d’herbe. Le corps, sa force si rarement mobilisée désormais, puisque les machines font les travaux difficiles. Le seau lourd au bout du bras. Le dos sensible une fois les outils rangés. Je n’ai plus l’habitude, mais je vais la reprendre puisque j’ai adopté un potager. Cinquante mètres carrés où faire pousser légumes et fruits. Je ne sais pas encore exactement ce que j’y planterai, mais la parcelle est un peu comme la feuille blanche : un espace vierge où l’on imagine que tout est possible. Ça tombe bien, c’est le début de l’année, le moment où l’on se résout à être plus régulier, plus disponible, plus efficace ou plus attentif. C’est curieux cette joie provoquée à l’idée d’avoir à sa disposition un petit lopin de terre, un espace de liberté et de profusion. Des images remontent de l’enfance : mon grand-père en chemisette à manches courtes qui suait sous son chapeau de paille, la bêche à la main. Ma grand-mère, qui cueillait les fraises, fesses en l’air et nez par terre, allant jusqu’à les peser ensuite pour que personne ne soit désavantagé à l’heure du dessert. Mon autre grand-père qui m’apprenait le nom de ses plantes aromatiques. Sauge, ciboulette, persil, romarin, thym, basilic. 

*

Quelque chose dans la lumière appelle au dehors. Il faut se décider. Où aller? Transparence du ciel tandis que les champs défilent, les herbes encore blanches par endroits. Ce petit port minuscule mais si charmant, au nom évocateur : Sainte-Marine. L’ombre est déjà répandue et l’appareil photo ne servira à rien. Tant pis. Marcher, redécouvrir un lieu connu, et ces maisons immenses face à la mer que des extensions modernes transforment en palais de lumière. En voyeur, le regard au dessus des murets pour voir l’étendue des jardins. Du monde sur le sentier, et tout au long, la mer, les rochers découpés-mouillés-dorés par le soleil. Au retour, halte dans le petit café dont la porte reste ouverte malgré le froid. Les mains autour du grog, le reggae en fond sonore et au mur, de vieilles photos sepia. Les petites filles en robe blanche ont sans doute disparu mais l’arbre sous lequel elles s’abritaient du soleil est toujours là. Dans l’encadrement de la porte, ses branches forment un entrelacs où accrocher quelques rêves glacés.

20190104_161449
Au café de la Cale

*

En attendant d’avoir un potager luxuriant, je vais au marché. Derrière l’étal bien fourni, l’homme porte un bonnet péruvien qui lui donne l’air encore plus réjoui que d’habitude. J’aime la façon dont il parler des légumes qu’il cultive, avec une douceur dans la voix. Toutes sortes de choux, de courges, de betteraves. Les couleurs vont du jaune carotte au pourpre du chou kalé. Les poireaux portent encore quelques traces de la terre où ils ont poussé. On imagine des potages à la consistance crémeuse et des soupes nourrissantes. Profusion. Une certaine idée de la diversité. J’ai dans mes étagères quantité de livres de recettes végétariennes. J’achète un peu de ceci, de cela, sans savoir ce que j’en ferai. Je trouverai bien. Chance d’avoir tout ceci à portée de panier.

*

Parfois, on a beau marcher longtemps, on n’arrive pas à se perdre…

*

Premier jour de la semaine. Dans l’atelier, tout est resté en l’état. Entre-temps, on a changé d’année. Je reprends les peintures ébauchées, décide de les terminer. Le mouvement est toujours là, alors que tout est calme dehors. Je me demande dans quelle partie de mon corps se lèvent toutes ces tempêtes, ces vagues scélérates.

20190107_112603
Les naufrageurs – acrylique sur papier

Tout se précipite, c’est la rentrée. Non pas celle des livres, ou celle des écoliers, mais la rentrée dans la dynamique qui m’a portée ces derniers mois. Réintégrer l’élan comme on entre dans une seconde peau, sentir l’envie grandir. Et de nouveau se lancer…

20190107_112626
La scélérate – acrylique sur papier

Ceci était le premier épisode d’un Journal créatif que j’espère hebdomadaire.

Bonne semaine à vous!

2 commentaires sur “Semaine #1

Envie de réagir?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.