On a dit, écrit beaucoup de choses à la suite de la sortie d’un certain chroniqueur sur le corps des femmes de cinquante ans. L’homme disait ne pas le trouver « extraordinaire du tout », ce corps qui commence à laisser apparaître les premiers signes de la vieillesse. Au-delà de l’inévitable polémique qui s’en est suivie – à croire que c’était fait exprès – plusieurs voix féminines se sont élevées, tantôt rageuses, tantôt moqueuses.

Mais je ne sais pas si quiconque a évoqué le fait que la beauté (d’un corps dans l’affaire qui nous occupe, mais aussi dans une perspective beaucoup plus large) dépend de celle ou de celui qui regarde.

20180926_092156

Il y a des personnes qui n’aiment que la montagne, et quand vous les emmenez au bord de la mer, elles marchent en regardant leurs pieds, persuadées que le décor ne vaut pas le coup d’œil. Ce qui est vraiment dommage, car réagir ainsi, quand on ne se trouve pas sur ses terres habituelles, prive de la possibilité d’être surpris et émerveillé. Après tout on n’est pas forcé de choisir, si? On peut aimer la mer, et la montagne. Et même la campagne, et les villes, petites et grandes.

La beauté n’est pas la perfection. Un corps n’est pas qu’un corps. Il est aussi toute la vie qui bat à l’intérieur. Une vie faite de bonheurs et de chagrins, de caresses et de coups du sort, d’un ensemble de choses qui l’use et le polit, l’abîme aussi. Celui qui redoute d’être mis face à cette usure de la peau, à cette blancheur des cheveux, aux effets de la pesanteur est aussi celui qui redoute de constater ces marques sur lui, qui chaque jour lui signifient qu’il est plus proche de la fin.

20180301_111832

Un corps habité par une âme, c’est comme une œuvre d’art. L’émotion qu’il inspire dépend du regard que l’autre pose sur lui. Or, il y a des gens qui sont capables de voir et d’autres qui ne le veulent pas, parce qu’un corps, comme un tableau, renvoie à soi, à l’inconscient qui affleure et nous ramène à nos peurs et à nos doutes, au dégoût que l’on ressent parfois, sans qu’on sache exactement si son origine réside en soi ou hors de soi.

En tant que femme, en tant qu’humain, il serait dommage de se laisser déstabiliser par ce genre de propos assené comme une vérité alors que ce n’est que l’écume d’une terreur travestie en pensée. Quand on regarde un tableau, une sculpture ou le corps d’une femme de cinquante ans et qu’on ressent un malaise, c’est indubitablement le signe qu’il y a quelque chose à creuser.

Alors, c’est vraiment dommage de s’en détourner, car c’est à ce moment-là que ça devient passionnant…


10 commentaires

lewerentz · 15 janvier 2019 à 19 07 48 01481

Très intéressante réflexion. J’ai toutefois lu ce week-end une interview du fameux écrivain qui m’a fait penser qu’il avait été mal compris – ou plutôt qu’il a mal exprimé sa pensé. Cela dit, je n’ai pas du tout suivi le début du débat ni même ce qu’il a vraiment dit.

    Gwenaëlle · 15 janvier 2019 à 20 08 18 01181

    De toute façon, d’ici quelques jours, l’actualité sera passée à autre chose… 😉 Mais c’est très intéressant pour réfléchir à la place des femmes et de leurs corps dans la société, à la façon dont les uns et les autres en parlent. Bonne soirée à toi.

sylire · 15 janvier 2019 à 21 09 33 01331

Il ne faut pas que l’on se mette à complexer. Montrons que nous ne sommes pas transparentes !
Quand au monsieur, je ne suis pas certaine que sans sa position sociale il attirerait les minettes…
Et tu as raison, la beauté, c’est tellement subjectif.

Sabrina · 16 janvier 2019 à 15 03 11 01111

J’ai l’impression que dans cette société vieillir est une maladie qui faut absolument combattre à coup de lifting, creme anti âge, injection …. et j’en passe. Mais la vieillesse et une étape dans la vie.

    Gwenaëlle · 16 janvier 2019 à 16 04 13 01131

    C’est surtout une « maladie » pour les femmes. Ce qui est doublement gênant…

aifelle · 18 janvier 2019 à 8 08 18 01181

On accorde peut-être trop d’importance aux propos de ce petit monsieur qui est bourré de problèmes personnels .. Mais c’est symptomatique de l’attitude de la société en général et là, ça devient gênant. Il y a encore tellement de boulot ! Je suis étonnée que pas mal de femmes essaient de démontrer qu’elles sont encore bien, alors que la seule chose à faire à mon avis, c’est de le renvoyer lui, à sa propre décrépitude.

    Gwenaëlle · 18 janvier 2019 à 9 09 46 01461

    Je suis bien d’accord avec toi, il y a encore beaucoup de travail pour ne plus entendre de tels propos et surtout laisser n’importe qui dire n’importe quoi comme si c’était significatif…

GaïdG · 29 janvier 2019 à 14 02 46 01461

Réflexion très intéressante , et idées tellement bien exprimées ! Bravo
Les propos à l’origine de votre réflexion m’ont laissé de marbre, parce que je partage cette intuition que le rejet sans nuance d’une catégorie de personnes (les femmes de plus de 50 ans) est forcément lié à un malaise personnel par rapport au temps qui passe…

    Gwenaëlle · 29 janvier 2019 à 16 04 57 01571

    Merci! Je vois que l’on se comprend! 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :