Semaine #2

Le bruit de fond de la création

Je reçois une sorte d’appel au secours de mon père qui, en plus des pathologies qu’il traîne depuis des années, vient de découvrir qu’il était atteint d’un cancer. Malgré nos relations chaotiques, et le passé compliqué qui nous relie, j’accepte d’aller le voir dans la maison où il vit seul et isolé, dans le Finistère nord. Je ne le comprends pas, ne l’ai jamais compris. Son égocentrisme, sa misanthropie, son laisser-aller. Peut-être n’y a-t-il rien à comprendre. J’agis en fonction de mes valeurs, écoutant mon empathie, et pas le rappel du passé. Mais tout cela remue. Des choses remontent à la surface. Et je m’interroge sur ces gènes qui me constituent. Ce n’est pas tant la peur de la maladie, plutôt la peur d’une pente fatale. Un abandon de soi-même.

La vie forme le bruit de fond de ma création. Le lendemain, je peins avec des couleurs que je n’utilise pas d’habitude, et le résultat est une véritable horreur. Un carnage d’éléments qui se chevauchent, bavent, s’entrechoquent et s’annulent. Je pourrais déchirer les feuilles, et tout jeter. Je préfère attendre le jour suivant pour voir si je suis capable de relever le défi. Aurais-je l’intuition nécessaire pour dominer le chaos?

20190111_142440
Pour finir, le chaos semble à peu près maîtrisé…

A la merci des flots

Il ne suffit pas de peindre. Il faut aussi savoir ce que je veux faire de tout ce que je produis. Dois-je le vendre? Et comment? Ai-je envie de m’exposer? Selon quelles modalités? Je dois me demander pourquoi je fais tout cela. Quel est le but? Il ne suffit pas d’avoir le désir de créer. Il est nécessaire de se demander sur quelle voie on se trouve quand on en fait le cœur de sa vie. Et la réponse ne vient pas de soi. Il faut tâtonner. C’est long de trouver la forme d’expression de soi la plus juste. Bien sûr, on peut suivre la voie la plus empruntée : expositions, ventes. Mais est-ce vraiment le chemin que j’ai envie de suivre? Est-ce que cela me correspond? Si je n’arrive pas à agir dans ce sens, c’est qu’il y a quelque chose qui bloque. Quoi? 

*

L’été dernier, j’ai entamé un texte que j’ai laissé reposer. C’est un texte qui évoque l’enfance et la manière dont on se construit. J’ai du mal à le reprendre car les pièces du puzzle n’en finissent pas de changer autour de moi. Il y a eu le décès de ma mère et une sorte de reconfiguration familiale. Maintenant, c’est mon père qui est atteint, et j’ai l’impression que le réel devient insaisissable,  impossible à fixer sur le papier. Les repères n’en sont plus, ce qui semblait vrai se trouble, plus rien n’est vraiment comme avant. Certains souvenirs se sont effacés à jamais. Je me sens en panne, la voile affalée, le rafiot à la merci des flots et des courants. Je vais marcher tout autour de la ville. C’est un jour gris, et calme. Sur la plage en contrebas du port du Rosmeur, des fillettes s’amusent à enterrer des trésors dans le sable. J’entends leur enthousiasme et leurs rires. Leur complicité aussi. Je les envie. J’envie leur insouciance et leur capacité à prendre la vie comme un jeu.

20190112_172205
Jeux d’enfance au bord de la mer grise

Je vais à la médiathèque travailler. C’est sans doute moins silencieux que chez moi, mais je n’ai pas de mal à me concentrer. D’autres personnes s’installent sur l’enfilade de tables pour consulter, lire, écrire. Je les regarde sans les voir vraiment, perdue dans mes pensées. Les touches de l’ordinateur cliquètent joliment, et miment à la perfection la productivité d’une assistante chevronnée. Le décor est sobre, couleurs claires. Beaucoup de lumière. Dehors, un grain magistral trempe en quelques secondes les passants. La pluie frappe la verrière et les vitres avec rage. Décidément, même par la fenêtre plus rien n’est net, tous les contours sont brouillés. Si la vie coule comme du sable entre mes mains, à quoi me raccrocher?

20190111_152351
A la médiathèque Georges Perros

La sagesse est-elle dans les petits pois?

Je lis un livre de développement personnel comme on prend des vitamines. Si ça ne fait pas de bien, ça ne peut pas non plus faire de mal. L’homme parle de l’importance de prendre des décisions et de s’y tenir. La belle affaire! Quand  tout vacille autour de soi, rien n’est plus difficile que de se tenir aux décisions qu’on a prises! Je vois bien Raymond Devos s’indigner d’une telle suggestion…

J’ai entendu un autre coach qui donnait comme conseil avisé de faire son lit le matin! First thing in the morning. S’ensuivait une discussion passionnée sur la nécessaire aération des lits après la nuit. Je laisse tomber le bouquin.

Peut-être est-ce plutôt celui-ci qu’il me faut lire? Recettes simples, ou simplistes?

20190114_135354

*

Pour finir, c’est sur la plage que je trouve enfin l’horizon qui me manquait. J’aimerais que toutes mes journées ressemblent à cela. Des couleurs franches, des lignes nettes et de la perspective… Quelque chose émerge du flou de ces derniers jours. Dans la lignée de ce que j’ai fait jusqu’à maintenant, mais un peu différent. Une voie qui donnerait toute leur cohérence à mes choix. Mais en suis-je capable? Je vais aller faire mon lit, je suis sûre que ça m’aidera à réfléchir…

20190110_152321
Sur la plage de Kervel

Et vous, votre semaine? Comment était-elle?

7 commentaires sur “Semaine #2

  1. Aïe, ta maman c’est récent? je la croyais en Corse, le temps passe, depuis ta visite à S.
    Non, garde tes peintures de première réaction, elles ont de la valeur pour toi

  2. Beaucoup de questionnements difficiles à éviter ; ou alors ils te retrouveront plus loin, alors autant les regarder. Ton esprit est encombré par ce qui vient de tomber du côté de ton père, il va sûrement falloir un peu de temps pour que les pièces du puzzle se réagencent. Une chose est sûre : même des problèmes que nous croyions réglés, la vie nous les représentent régulièrement sous une autre forme, comme s’il fallait cela pour progresser.

Envie de réagir?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.