C’est officiel : j’ai ouvert la galerie que je loue pour le mois de juillet ce matin ( à l’heure où vous lirez, ce sera déjà hier matin) à 10h00. La veille, j’avais organisé l’espace et accroché les tableaux. Quelques personnes déjà avaient eu l’œil attiré par les toiles que j’étais en train de disposer.

La vitrine est immense, et je vois les gens passer dans la rue. C’est un spectacle permanent. Le matin, les citadins arpentent la rue, avec baguette et salade sous le bras, en revenant du marché. L’après-midi, c’est un peu plus calme : le beau temps guide les gens vers la plage plus que vers le centre ville. J’entends le bruit des touches du distributeur de billets qui n’est pas très loin, les discussions qui se poursuivent sur un coin de trottoir, les goélands qui piaillent sans discontinuer. Tissu sonore…

La galerie depuis la rue

Certaines personnes que je connais vaguement s’arrêtent, surprises de me voir dans la galerie. Mais je ne savais pas que tu peignais! Le crêpier, chez qui je vais déposer une affiche, me dit qu’il passera jeter un œil. On me fait signe depuis la rue, à pied, à vélo, en voiture. Je découvre Douarnenez d’une autre façon, en affichant mon travail au cœur même de la ville. Une silhouette passe, sourit, s’arrête. C’est un ami que je n’ai pas vu depuis presque deux ans. La probabilité qu’il passe devant la galerie était faible, et pourtant, il est là! Une femme entre, dépose son cabas lourd et me dit que, dès qu’il y a quelque chose de nouveau, elle vient voir. Elle regarde mes tableaux. Me dit aimer les couleurs. Nous discutons un moment. Elle reviendra. Un homme entre, fait un tour rapide. J’aime bien! dit-il avant de repartir comme il est entré.

La propriétaire de la galerie me rend visite en sortant de chez elle. Je lui demande si elle a quelques plantes à me prêter car l’espace est un peu austère. Aussitôt, elle va me chercher deux plantes en pot, me parle de son jardin, me propose des boutures. J’adore! Tout cela a un charme fou! C’est toujours un moment à part, celui de l’exposition. Après des mois de travail relativement solitaire, je reviens à la vie sociale. Je parle, questionne, explique. Une femme de Montpellier reste sur le seuil pour regarder. Je l’invite à entrer. Elle me dit : non, on voit bien de là! Et puis un tableau l’attire particulièrement, alors pour finir elle entre. Elle aime mes verts-bleutés. Elle évoque une exposition qu’elle a vue à Paris. Je lui donne ma carte. Elle reviendra peut-être…

Je sais qu’il faut du temps. Pour oser entrer. Pour voir une première fois, et puis se dire qu’on a envie de revenir. Pour envisager d’acquérir une toile. Les toiles attirent – ou pas – et ensuite une discussion peut s’ébaucher. Je parle de mon processus, je pose aussi des questions. Il faut qu’une sorte de confiance s’établisse. Acheter un tableau, ce n’est pas acheter une barquette de fraises, même si les deux peuvent avoir des couleurs en commun! C’est un processus, c’est lent. Et j’apprécie qu’il en soit ainsi.

Je reviendrai vous donner quelques petits instantanés de galerie dans les jours prochains… En attendant, bonne semaine à toutes et à tous! Et si vous voulez passer me voir, toutes les informations sont sur l’affiche ci-dessous. Le vernissage aura lieu samedi 6 juillet, à partir de 18h30.


9 commentaires

Miriam Panigel · 3 juillet 2019 à 6 06 21 07217

C est un peu loin pour faire juste un petit tout domm

lewerentz · 3 juillet 2019 à 11 11 07 07077

Génial ! Je te souhaite beaucoup de succès ! Bises.

Marilyne · 3 juillet 2019 à 11 11 54 07547

Quelle belle aventure. C’est juste qu’il n’est pas facile d’entrer dans une galerie, j’ai mis du temps. On n’ose pas, on ne se pas légitime de  » déranger  » si on n’est pas acheteur ou si on se considère bien trop profane. Et puis, on ose, on échange. De mon expérience, c’est vraiment l’échange qui suit qui change tout, le moment aussi, si on me laisse regarder sans trop me solliciter. Tu as raison, on achète pas comme ça une toile, ce n’est pas que le prix, c’est ce que l’on y voit, c’est un cadeau.

    Gwenaëlle · 3 juillet 2019 à 12 12 00 07007

    C’est un processus particulier, et ce qui le rend si intéressant aussi. J’adore échanger avec les personnes qui entrent, voir leurs réactions, écouter leurs attentes. C’est sympa comme tout. J’aime beaucoup les surprises qui surviennent aussi… Bonne journée Maryline!

kathel · 3 juillet 2019 à 12 12 54 07547

ça donne envie d’entrer, quand on voit la galerie de cette manière… mais c’est vrai, ce n’est pas toujours facile de franchir le pas, surtout si c’est désert…
Bonne journée, et les suivantes aussi !

    Gwenaëlle · 4 juillet 2019 à 7 07 55 07557

    Merci! Ça peut être vide, en effet, mais la galeriste est très souriante! 😊

sylire · 5 juillet 2019 à 13 01 33 07337

Je te souhaite de beaux échange et un peu de vente aussi !
Hâte de découvrir tout cela « en vrai » !

    Gwenaëlle · 7 juillet 2019 à 9 09 16 07167

    Je me rends compte que je ne t’ai pas répondu! Quelle malpolie je suis! Merci, Sylvie. Le vernissage a relativement bien marché, vu les conditions… Je te raconterai. Hâte de te voir aussi!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :