A la fin du mois de septembre, j’ai réalisé plusieurs collages sur des panneaux de bois de 30×30 cm. J’y ai ajouté de la peinture. Quelque chose a commencé à émerger de l’ensemble, une ambiance plutôt nautique, avec beaucoup de bleus, de verts et d’orangés-rouges.

Au bout de quelque temps, je suis arrivée au résultat ci-dessus. Il y avait des éléments que j’aimais bien, notamment les triangles en haut, qui me faisaient penser à des drapeaux, ou des fanions, comme on en voit dans les régates. Mais je savais que ce n’était pas abouti, et qu’il allait falloir reprendre. Je l’ai mis de côté pendant un temps assez long, avant de le ressortir et de chercher comment le faire évoluer. Ainsi que je le fais souvent, j’ai commencé par le retourner pour avoir une vision différente. Malheureusement, il y a beaucoup d’étapes intermédiaires que je n’ai pas pensé à photographier, mais on voit sur la photo ci-dessous que ce qui était drapeau est devenu une sorte de lézarde sur le sol. J’ai utilisé des pastels à l’huile, que j’ai recouverts de peinture. Puis j’ai gratté la peinture, pour les faire réapparaitre, comme des veines dans la blancheur. J’ai poncé certaines zones avec du gros grain, ce qui donne ce mouvement léger, diffus, comme si un vent soufflait. Mais les zones bleues, de chaque côté, me semblaient trop épaisses. Il fallait faire quelque chose!

Après divers essais, et de multiples passages, j’ai commencé à voir quelque chose. Le bloc central m’est apparu comme un ensemble de bâtiments hétéroclites, dans un paysage de neige et de blizzard. J’ai pensé à ces campements dans lesquels vivent les scientifiques qui travaillent dans les zones polaires. J’ai imaginé un petit groupe revenir d’une mission, tous épuisés et transis. Et là, tout proche, soudain, la base qui leur apparait dans une lumière orangée rassurante et bienfaisante. Le chemin se dessine au gré des reflets et des lézardes dans la neige compacte.

Arctic Jumble

Je pense que j’en resterai là parce que la peinture et l’histoire vont bien ensemble, et que le tableau me plait comme ça. Il reste très peu des collages et couleurs initiaux. Ce doit être la première fois que j’utiliser autant de blanc dans une toile, mais j’aime cette zone colorée et active, environnée par le froid et les blocs de glace qui se chevauchent. Curieusement, c’est très abstrait, mais j’y ai rattaché des éléments imaginaires très réels, et tangibles. Comme si j’avais du mal à lâcher vraiment, et à laisser l’abstraction se suffire à elle-même…

Le titre en anglais m’est venu de manière quasi-inconsciente. Jumble, qui veut dire chaos, fatras, pêle-mêle, était là, dans ma tête, sans que je sois certaine de son sens. J’ai vérifié. Cela collait tout à fait… Parfois on se surprend soi-même!

Encadré et sur un mur virtuel…

3 commentaires

lewerentz · 27 novembre 2019 à 7 07 57 115711

L’histoire de ton tableau est très belle !

    Gwenaëlle · 27 novembre 2019 à 8 08 01 110111

    Merci! Bonne journée Barbara. 😊

gambadou · 7 décembre 2019 à 12 12 58 125812

Superbe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :