Les instants / qui dérivaient un peu / c’est vrai

Les jours se suivent avec une sensation de déjà-vu. Comment organiser les heures pour qu’elles ne ressemblent pas à un tampon appliqué chaque jour sur une nouvelle feuille, avec la constance et l’application d’un employé modèle? L’incertitude pourtant rôde à nos portes. Ce n’est pas comme si le futur était tout tracé. Certains proposent de se poser ces questions essentielles que nous avons mises de côté. D’autres préconisent la distraction, justement pour ne pas se poser trop de questions…

work in progress

Entre les deux, j’essaie de retrouver chaque jour, comme un trésor minuscule, l’envie de peindre et d’écrire. Ce sont les deux horizons que je me suis fixés. Parfois, la peinture ne ressemble qu’à du vomi de chien (et pour qui a déjà vu ce que ça donne, c’est vraiment moche!). Mais certains jours, comme hier, un petit miracle se produit et enfin le chemin cherché apparait entre les broussailles. Il y a quelque chose qui s’ouvre et me donne envie de poursuivre.

L’impression fugace / que votre gant intérieur / s’était retourné

Je profite du temps étiré pour relire ces cahiers que je tiens depuis des années. Mes archives personnelles. Je suis frappée par mon intuition, mais aussi cette tendance que j’avais – et que j’ai parfois toujours – à tergiverser. Ecrire me donne l’impression de faire quelque chose alors qu’en réalité je n’agis pas. Je tourne en rond. Plusieurs fois, à me relire à des mois ou des années de distance, j’ai eu cette impression fugace de gant intérieur qui se retourne. Avec beaucoup de retard (mais est-ce vraiment du retard? Certaines choses ont besoin de mûrir et on ne peut pas accélérer ce temps…) j’ai compris les travers de mon attitude, mon aveuglement, mes obsessions.

Saisir ces mécanismes de pensée qui se mettent en place pour des raisons variées et toutes justifiées sur le moment, me passionne. Si je n’avais pas fait ce travail de compréhension, de déconstruction, puis de ré-assemblage, je serais restée prisonnière de ce que mon éducation m’avait léguée. Et il y a des héritages dont on a plutôt envie de se débarrasser…

Si nous avons tant de mal à nous comprendre parfois, c’est que chacun.e agit selon un système qui lui est propre (et rarement intelligible pour celui ou celle qui fait face). Se dire, quoi qu’il arrive, que chacun fait du mieux qu’il peut.

Et pour ne plus tergiverser, le seule remède, c’est de décider et de passer à l’action.

Le goût profond / pour des songes /que l’on ne pourrait / jamais répéter

Le port du Rosmeur en temps de confinement

Vous est-il arrivé de sortir d’un rêve et d’avoir furieusement envie d’y retourner? Sans doute, nous avons tous ces moments-là, où le songe semble préférable à la réalité. L’intelligence, dans ce cas, ne consiste-t-elle pas à essayer de rendre chaque journée préférable à tous les rêves qu’on pourrait faire? Comment? C’est à chacun d’en décider. Mais si vous voulez, je pourrai vous proposer quelques pistes…

Mais on n’était pas obligé / de les mettre à la porte / pour cela

Pour peu que l’on se retourne sur son passé, on voit à quel point on peut changer. La différence se produit en nous, et elle est aussi partout autour de nous, car nous avons chacun.e notre manière de voir les choses. Il y a des personnes pour qui l’angoisse que génère le confinement est bien supérieure à la peur de mourir. Faut-il leur en vouloir pour cela? Il y a des personnes qui s’accrochent à leur souffrance et n’ont pas envie de guérir. Faut-il les mettre à la porte? Si l’on se dit que chacun.e a de bonnes raisons pour agir comme il ou elle le fait, alors on ouvre la voie à la compréhension plutôt qu’au jugement.

Poème de Franck André Jamme

Avec ce texte, qui s’élabore en appui sur le poème et les impressions du moment, je poursuis ce travail d’écriture et de partage en temps de confinement. Et je vous invite à y réagir, à partager votre propre expérience dans les commentaires.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :