Quelle est l’idée d’ensemble?

Que vous travailliez sur une série ou bien sur une toile unique, il est toujours bon, avant de commencer, de se poser quelques questions. Quelle idée / émotion / ressenti désirez-vous exprimer? Quel format serait le plus adapté à ce que vous voulez exprimer? Est-ce que ce sera lumineux ou sombre? Utiliserez-vous des couleurs chaudes ou froides?

Parce qu’il est plus facile de démarrer avec un début de direction, il est utile de préciser l’idée globale que vous avez. Cela peut passer par un croquis, ou bien par des mots ou des phrases notées dans un cahier. Quel que soit votre mode de réflexion ou d’expression favori, vous gagnerez à préciser votre idée de départ, car cela vous permettra aussi d’y revenir si vous vous perdez en cours de route. Si, si, on peut se perdre dans une toile! 😉

Dans la série Western Song, je voulais exprimer la rencontre des éléments, de l’eau et des rochers, le fracas des tempêtes et les assauts du vent. Il fallait donc une peinture gestuelle, énergique, et des couleurs éclatantes.

Ne vous laissez pas arrêter par la peur!

On peut avoir peur de la toile blanche, mais on peut aussi se laisser arrêter en cours de route par la crainte de gâcher tout ce que l’on a fait jusque là. On a travaillé plusieurs heures sur une toile, on est assez satisfait de l’étape où l’on est arrivée. On sait que le travail n’est pas tout à fait terminé, mais soudain, la vision claire que l’on avait au départ disparait et on ne sait plus du tout comment avancer!

Dans ce cas, il faut prendre conscience de plusieurs choses. D’abord, il se peut que l’on soit juste fatiguée et donc plus vraiment en état de continuer. Il faut apprendre à écouter cette fatigue – créer demande beaucoup d’énergie – et savoir reposer ses pinceaux avant de commettre quelque chose que l’on regrettera ensuite.

Ensuite, il faut se dire que l’on a en soi toutes les ressources et le savoir nécessaires pour achever cette toile. Cela se fera peut-être un peu plus tard dans la journée, ou demain ou dans quinze jours… mais cela se fera!

Enfin, il faut dédramatiser : ce n’est qu’une toile! Si elle est ratée, vous pouvez recommencer après quelques couches de gesso. Sortir de l’obsession d’arriver à un résultat permet de prendre plus de risques et de travailler plus librement.

J’aime beaucoup la toile ci-dessous, mais je sais qu’elle n’est pas terminée. Je l’ai laissée en l’état pendant plusieurs semaines parce que je ne savais plus qu’en faire. Maintenant, après en avoir discuté avec un groupe d’amies peintre, je vois que le quart supérieur droit a besoin d’un peu plus de texture et d’intérêt et que les coups de pinceaux en orange/rose sont trop semblables. Je sais donc comment faire évoluer cette peinture vers sa résolution…

Soyez téméraire!

Si vous trouvez que vos toiles, (ou vos couleurs, ou votre composition) manquent d’intérêt ou ne déclenchent pas l’étincelle de plaisir que vous espériez, tentez quelque chose de vraiment nouveau / étonnant / déroutant en ajoutant un trait de couleur vive, ou du collage, ou un élément inattendu. Non seulement cela a de grandes chances de rendre votre travail plus spectaculaire, mais aussi de vous permettre d’apprendre quelque chose en cours de route!

J’étais bloquée dans la peinture ci-dessous, quand j’ai décidé d’ajouter cette grande et large bande verticale d’un bleu presque noir au milieu. Cela a ajouté un note plus dramatique à ce qui était auparavant un peu trop clair et lumineux. J’ai ensuite atténué sa « force » en ajoutant du vert turquoise, des motifs, mais sans elle, la toile n’aurait pas le même intérêt.

Vérifiez vos valeurs

On a toujours tendance à rester dans ce que l’on connait et qu’on a déjà pratiqué. De la même manière, on a souvent recours aux mêmes couleurs, et parmi elles, on préfère les moyennes, plutôt que les très sombres ou très claires. Si vous sentez qu’une toile manque d’énergie et parait un peu trop « sage », c’est sans doute à cause de vos valeurs et de vos contrastes. Prenez une photo de votre toile et désaturez-là. Avez vous des zones très claires ou très sombres? Avez-vous des contrastes bien marqués entre le clair et l’obscur? Si vous répondez non à ces deux questions, alors vous pouvez encore améliorer les choses…

Comme vous le voyez sur ces deux peintures en progression, celle de droite a des contrastes forts, tandis que celle de gauche en manque. Il va donc falloir que je pense à cela quand je vais la faire évoluer.

La toile ci-dessous montre un travail plus abouti sur les valeurs et les contrastes. Mon idée était d’exprimer la nature luxuriante d’un jardin sauvage, tout en restant dans une forme d’abstraction. Pour en savoir plus, vous pouvez visiter cette page.


2 commentaires

lewerentz · 9 octobre 2020 à 7 07 11 101110

Merci pour ces précieux conseils, Gwenaëlle ! J’essaierai d’y penser.
PS: tes amies peintres ont-elles aussi des sites internet ? Je suis curieuse. 😉

celine royer · 9 octobre 2020 à 9 09 35 103510

Super article. Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :