Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Catégorie

Citation

Si les gens sont si émus par l’art…

Si les gens sont si émus par l’art et que les artistes le prennent tellement au sérieux, c’est que s’ils sont authentiques et sincères, ils approchent un tableau avec tout ce qu’ils savent, sentent et aiment, mais aussi avec ce qu’ils ignorent, certains de leurs espoirs, et c’est toutes ces choses qu’ils projettent, sans fard, sur une toile. Qu’y a-t-il de plus sérieux que cela? Quel autre enjeu peut-il y avoir que la vie elle-même, ce qui explique que les artistes les mettent toujours au même niveau et rendent les gens dingues à force d’insister que l’art est la vie. Donc actes. Lâchez-nous la grappe. C’est un boulot beaucoup plus dur qu’on ne l’imagine, très risqué, et ça demande d’être quelqu’un de très spécial, d’un peu fou.

Peindre, pêcher et laisser mourir, de Peter Heller, chez Actes Sud.

Mon billet sur le roman à découvrir lundi dans Glaz

« Dans notre société, Markus, les hommes que l’on admire le plus sont ceux qui bâtissent des ponts, des gratte-ciel et des empires, mais en réalité, les plus fiers et les plus admirables sont ceux qui arrivent à bâtir l’amour, car il n’est pas de plus grande et de plus difficile entreprise. »

La vérité sur l’affaire Harry Québert, Joël Dicker.

Noir

Pour un peintre amoureux de la vie comme Bonnard, il n’y a rien qui sous-tende et fasse davantage exulter les couleurs que le noir, de même qu’un poème n’atteint sa parole la plus lumineuse que nourri de ténèbres.

Elle, par bonheur et toujours nue, Guy Goffette

Avec le cœur

Mais nous sommes pauvres et petits. Derrière le trou de nos pupilles, il y a quelqu’un toujours qui dit je et que nous ne connaissons pas. Quelqu’un qui regarde et qui chante, mais nous ne voulons pas l’entendre. Aussi les poètes continuent-ils de crier dans le désert et les peintres de parler pour les sourds qui les entendent comme personne dans leur langue, tandis que nous nous obstinons à interroger l’intelligence au lieu d’écouter avec tous nos sens et de recevoir avec le cœur qui adhère et se tait.

Guy Goffette dans « Elle, par bonheur et toujours nue« 

Peindre

Peindre, peindre. Toujours peindre. Encore peindre. Le mieux possible, le vide et le plein, le léger et le dense, le vivant et le souffle.

Zao Wou Ki

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑