La pierre blanche

Tuffeau. Pierre blanche. Tirant parfois sur le jaune. Si le ciel est fâché, sur le gris. Pierre douce qui capte le soleil, emprisonne ses rayons pour mieux les restituer. Tu fais naitre au bout de mes doigts des envies de caresses. Te toucher. Sentir ta surface poreuse qui s’émiette. Poussière de craie mêlée de paillettes. … Lire la suite La pierre blanche

Consolation d’hier

J’entends l’homme évoquer ces matins où il “faisait l’auteur”. Tout y était : la vaste table en bois, le stylo, les feuilles éparpillées, et l’impossible chat couché dessus. L’homme est acteur, il veut rester modeste dans son propos, mais ça déborde. Ça souffle zéphyr, ça fait des plis. J’entends la jubilation derrière ses mots. Ce … Lire la suite Consolation d’hier

Tout sauf lisse

Fatalement, la mauvaise nuit se produit. Un trou dedans, bien au milieu. Alors quand le réveil sonne, à peine trois heures plus tard, la question surgit : pourquoi je fais tout ça? Pourquoi écrire? Exaspération chimique passagère. Les rêves sont encore à la marge. Couleur jaune. Les images fuient comme un mot sur le bout … Lire la suite Tout sauf lisse

Juste là

Lundi 3 octobre - 18.00 Cet après-midi, j’ai fait l’atelier buissonnier. Je suis allée marcher sur la plage, pieds nus dans les vagues. La plage est immense, et bordée de roches noires et pointues sur lesquelles pousse une herbe drue qu’aiment particulièrement les lapins. J’ai marché, donc, les chaussures à la main, pataugeant dans l’eau, … Lire la suite Juste là

Impressions Monts d’Arrée

Partir seule est une manière de m’éprouver, surtout dans la marche. Le premier jour, je fais douze kilomètres autour de Saint-Cadou. La journée est très chaude, comme cela est arrivé quelques fois cet été en Bretagne. On frôle les trente degrés. Je cueille des mûres tièdes en route et puis me concentre sur le chemin, … Lire la suite Impressions Monts d’Arrée

La chambre jaune

Je ne suis pas partie très loin, mais je n’ai pas choisi ce lieu par hasard. La première chambre où j’ai décidé d’aller passer une nuit est située dans un hameau, près de Commana. Cette bourgade de mille et quelques habitants est le lieu où a vécu une partie de ma famille maternelle. Derrière un … Lire la suite La chambre jaune

Poème pour les pierres (1)

Sur ta peau l'empreinte de mes doigts caresse prolongée à ta surface irréfutable pour déchiffrer la gravure du temps et des embruns vocable sensible des mystérieux passages de la lumière à l'obscurité je ne saurai rien de ton obstination minérale ne te connaitrai pas mieux après mais au creux des mains j'aurai inscrite à jamais la douce poésie de ton langage.

Et s’aimer…

Quatre heures du matin. Je ne dors plus. Cette urgence au creux du ventre, presque comme une contraction. Aller écrire. Aller jeter sur le papier. Des mots. Des morceaux. Il faut peut-être ce réel détraqué par l'insomnie pour atteindre cette écriture vraie. Dans cette ivresse créée par la privation de sommeil, dans cet instant suspendu … Lire la suite Et s’aimer…

Livruscule

Toujours plein d'idées dans la tête, et jamais assez de temps (ou d'espace) pour les réaliser. Mais aujourd'hui, foin des contraintes, je me suis lancée/amusée à faire ce livruscule spontané, tant au niveau des couleurs que des mots, puisque j'ai pratiqué une écriture semi-automatique... C'est un jeu en rose et bleu, et puisque le début mord la queue … Lire la suite Livruscule