Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Catégorie

Humeur

Tirez une carte au hasard!

P1080659

Je ne suis pas une grande lectrice d’horoscopes. J’aime les étoiles, mais n’y lis aucune forme de destinée. Je suis plutôt hermétique à la superstition. Je ne sais pas non plus s’il faut s’en remettre au hasard. Force est d’admettre qu’il ne fait pas toujours bien les choses… D’ailleurs peut-on vraiment parler de hasard? Lire la suite

Vagabondages (2)

Atelier

Ces temps-ci, j’ai moins de temps pour peindre et dessiner car je suis en train de changer d’atelier. Je vais passer d’une chambre depuis laquelle je vois la mer, mais qui est trop petite pour contenir ma tendance à l’expansion, à un ancien grenier, qui par la magie d’une verrière, devrait bientôt recevoir beaucoup plus de lumière.

20161122_155313

Mon futur lieu de création

Avant d’arriver à cette pièce presque vide, il a fallu passer deux jours à transporter meubles et caisses, à emmener à la déchetterie tout ce qui n’avait pas servi depuis des années, à faire le ménage après neuf ans d’accumulation. Lire la suite

Vagabondages (1)

Parce qu’il y a une vie hors de l’atelier, parce que cette vie nourrit le travail qui se fait dans le calme de cette pièce qui recueille et tamise toutes les idées, je commence cette rubrique hebdomadaire pour évoquer ce qui m’a charmée, émue, captivée, troublée, aimantée…

Un livre

9782709648523-001-x_0Dans ce roman « D’après une histoire vraie« , Delphine de Vigan jongle habilement avec ce qui se situe entre la « pure fiction » et l’autobiographie. En racontant comme L. (elle?) est entrée dans sa vie, comment cette entrée est devenue peu à peu une invasion, l’auteure brouille les frontières entre vécu et imagination. J’ai d’abord été emportée par l’histoire, puis quelques détails m’ont fait tiquer et le plaisir de la « bonne histoire » a peu à peu laissé place au doute et à la réflexion sur le travail de l’écrivain. Entre effets de réel et fausses confidences, Delphine de Vigan s’amuse, jubile, et nous mène par le bout du nez (enfin presque…). Lire la suite

Vacances…

C’est pas dit que la voiture démarre du premier coup…

P1070321

mais ce qui est certain, c’est que c’est les vacances!

Bel été à vous tous, et à très bientôt!

 

Mon expédition berrichonne – suite et fin…

La deuxième semaine d’exposition s’est mieux passée. Le Cher commençait à se calmer, le ciel se maintenait au bleu, et les températures avaient pris d’un coup dix degrés. J’ai eu davantage de visiteurs, et quelques toiles et dessins sont partis trouver leur place dans d’autres maisons, pour ma plus grande joie. C’est une chose d’avoir des retours positifs, c’en est une autre quand quelques personnes franchissent le pas et repartent avec un dessin ou une toile sous le bras… Lire la suite

Mon expédition berrichonne – épisode 2

Après la pluie, le beau temps. C’est n’est pas moi qui le dit, mais le ciel. Oui, en ce matin du 6 juin 2016, le ciel se pare de bleu et Joëlle et moi prenons la route pour aller visiter les jardins de Chaumont sur Loire. C’est lundi, c’est relâche, la galerie est fermée, nous avons toute la journée pour nous! C’est ce qui s’appelle prendre…

P1070117

Lire la suite

Mon expédition berrichonne – épisode 1

Ainsi, donc, après Plonéis, ma prochaine exposition devait avoir lieu dans le centre de la France…

Rendez-vous avait été pris depuis longtemps avec la Galerie Vagabonde, à Selles sur Cher, petite ville du Berry rendue célèbre par ses fromages de chèvre et sa blogueuse de renommée internationale, j’ai nommé Keisha, grande amatrice de « nature writing« , de musique classique et de voyages.

Lire la suite

Frequently Asked Questions

En attendant le billet « Comment j’ai survécu à la crue du Cher », j’ai eu envie de compiler ici les questions et les commentaires que j’ai entendus durant l’exposition à la Galerie Vagabonde, les sérieux, les drôles, les inattendus…

Lire la suite

Vraiment?

Je lis actuellement « Femmes qui courent avec les loups« , de Clarissa Pinkola Estes. Dans cet ouvrage épais, l’auteure s’appuie sur les contes et les mythes pour cerner ce qu’elle appelle l’archétype de la femme sauvage. La femme sauvage? Pour faire court, disons une femme qui vivrait en chacune et constituerait sa source de sagesse, de vitalité et de créativité.

Je note de nombreux passages, et trouve, au fil de ma lecture, que cet essai est roboratif, intellectuellement parlant. Il pose de nombreuses questions, et apporte de vivifiantes réponses. Dans un passage où Clarissa Estes aborde l’animus de la femme (personnification de l’âme de la femme dans la psychanalyse jungienne), elle évoque ces interrogations par lesquelles nous sommes (sans doute) toutes passées : « Mais es-tu une vraie artiste (ou écrivain, mère, sœur, épouse, maîtresse, professionnelle, danseuse, personne)? As-tu vraiment des dons (du talent, de la valeur)? As-tu vraiment quelque chose à dire qui vaille la peine?  » Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑