Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Catégorie

Humeur

Hein André?

Elle entre dans la galerie précédée des deux cannes qui l’aident à maintenir son équilibre. Elle est petite et enrobée d’un manteau de laine aux couleurs nuancées. Elle me dit qu’elle a vu l’article dans le journal qui mentionne mon exposition. Ce qu’on apercevait sur la photo lui a donné envie de venir. Elle ne sort plus beaucoup. Un ami l’accompagne, grand et mutique. Elle me dit qu’elle ne voit pas bien car ses yeux sont malades. Elle s’approche des tableaux. Lève le nez. Me parle des couleurs, de ma palette. De temps en temps, elle laisse échapper un petit rire cristallin qui lui donne un air de jeune fille facétieuse. Elle regarde mieux. Se laisse envahir par un rouge particulièrement sonore. Commente mon travail. Parfois, elle se tourne vers son accompagnateur et demande : Hein André? André est gentil et il acquiesce. Je ne sais pas vraiment ce qu’il pense de tout ça. Lire la suite

Le temps blanc

Peindre est une activité souvent solitaire. On passe de longues heures seule, dans son atelier, à tenter de défricher le chemin sur lequel on s’est mis en tête d’avancer. Le temps s’écoule plus ou moins lentement, selon qu’on se sent inspirée ou qu’on reste sèche devant la toile. Les journées se suivent, et il arrive même qu’elles se ressemblent car il est important d’être constante et régulière. Parfois, la musique ou la radio tissent un fond musical qui trompe l’impression de solitude. Non que cette impression soit désagréable. Elle est même souvent recherchée, mais elle ne peut pas durer. Ce ne serait bon ni moralement, ni financièrement.  Lire la suite

L’artiste poreux

Il devient parfois urgent, après avoir passé quelques heures, quelques jours, à travailler sur plusieurs toiles de sortir prendre l’air. Après la concentration de la création, la tête a besoin de s’aérer, de voir du mouvement, des couleurs. Mais l’esprit des artistes, c’est un peu comme les chiens : jamais complètement au repos. Marcher dans la rue, c’est aussitôt l’occasion de remarquer ici et là ces détails, ces « trucs » auxquels personne ne fait attention. Une gouttière usée, un anneau pour amarrer les bateaux, un morceau de bois. Couleurs, formes, textures : tout est là, à portée de regard.

Petite récolte d’hier, prise le temps d’une descente jusqu’au port. 

Parfois, ces clichés servent directement d’inspiration, par leur composition ou par l’association de couleurs qu’ils présentent. Mais la plupart du temps, leur effet se produit davantage par capillarité. L’image reste en mémoire, et diffuse son charme particulier. Ce n’est que bien plus tard qu’on discernera le souvenir d’une photo prise un jour, presque au hasard, et dont la forme ou l’esprit se révèlera tout entier dans telle ou telle composition.

Ce qui attire invariablement mon œil aussi, ce sont les lignes et les contrastes de couleurs. Et ici, en Bretagne, on est servi! La lumière changeante, l’environnement industriel des ports, les jeux du ciel sur l’eau : tout nourrit l’inspiration.

Lignes, couleurs, formes. 

Quand on regarde l’ensemble de ma production, on voit à quel point l’atmosphère dans laquelle je baigne à longueur d’année se traduit, la plupart du temps inconsciemment, sur mes toiles. Rouge éclatant, tous les dégradés du bleu au vert, gris, jaune, orange industriel : les couleurs qui sortent de mes tubes sont d’abord là, autour de moi. La preuve est faite : je suis une artiste poreuse!

P1080717

La relève au pied du phare (vendu)

 

Echappées…

Avant de faire une courte pause estivale, je vous donne un aperçu de mes dernières créations. C’est une série gaie et colorée que j’ai beaucoup de plaisir à faire.

20170704_100157

Echappée, acrylique sur bois 50 x 70 cm

Lire la suite

Tirez une carte au hasard!

P1080659

Je ne suis pas une grande lectrice d’horoscopes. J’aime les étoiles, mais n’y lis aucune forme de destinée. Je suis plutôt hermétique à la superstition. Je ne sais pas non plus s’il faut s’en remettre au hasard. Force est d’admettre qu’il ne fait pas toujours bien les choses… D’ailleurs peut-on vraiment parler de hasard? Lire la suite

Vagabondages (2)

Atelier

Ces temps-ci, j’ai moins de temps pour peindre et dessiner car je suis en train de changer d’atelier. Je vais passer d’une chambre depuis laquelle je vois la mer, mais qui est trop petite pour contenir ma tendance à l’expansion, à un ancien grenier, qui par la magie d’une verrière, devrait bientôt recevoir beaucoup plus de lumière.

20161122_155313

Mon futur lieu de création

Avant d’arriver à cette pièce presque vide, il a fallu passer deux jours à transporter meubles et caisses, à emmener à la déchetterie tout ce qui n’avait pas servi depuis des années, à faire le ménage après neuf ans d’accumulation. Lire la suite

Vagabondages (1)

Parce qu’il y a une vie hors de l’atelier, parce que cette vie nourrit le travail qui se fait dans le calme de cette pièce qui recueille et tamise toutes les idées, je commence cette rubrique hebdomadaire pour évoquer ce qui m’a charmée, émue, captivée, troublée, aimantée…

Un livre

9782709648523-001-x_0Dans ce roman « D’après une histoire vraie« , Delphine de Vigan jongle habilement avec ce qui se situe entre la « pure fiction » et l’autobiographie. En racontant comme L. (elle?) est entrée dans sa vie, comment cette entrée est devenue peu à peu une invasion, l’auteure brouille les frontières entre vécu et imagination. J’ai d’abord été emportée par l’histoire, puis quelques détails m’ont fait tiquer et le plaisir de la « bonne histoire » a peu à peu laissé place au doute et à la réflexion sur le travail de l’écrivain. Entre effets de réel et fausses confidences, Delphine de Vigan s’amuse, jubile, et nous mène par le bout du nez (enfin presque…). Lire la suite

Vacances…

C’est pas dit que la voiture démarre du premier coup…

P1070321

mais ce qui est certain, c’est que c’est les vacances!

Bel été à vous tous, et à très bientôt!

 

Mon expédition berrichonne – suite et fin…

La deuxième semaine d’exposition s’est mieux passée. Le Cher commençait à se calmer, le ciel se maintenait au bleu, et les températures avaient pris d’un coup dix degrés. J’ai eu davantage de visiteurs, et quelques toiles et dessins sont partis trouver leur place dans d’autres maisons, pour ma plus grande joie. C’est une chose d’avoir des retours positifs, c’en est une autre quand quelques personnes franchissent le pas et repartent avec un dessin ou une toile sous le bras… Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑