Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Catégorie

Les cinq branches de l’étoile

Cartographiques

Après avoir arpenté quelques nouveaux territoires, ce n’est peut-être pas un hasard, si, reprenant le fil des Cinq Branches de l’Etoile, j’ai tiré au hasard le mot CARTOGRAPHIE, assorti du vers de Reverdy suivant : Au front il avait une étoile

Un peu désarçonnée par ces deux éléments, je me suis malgré tout prêtée au jeu. Il en est sorti ces huit créations, à base de collages, d’acrylique, de feutre et de pastels gras. C’est une libre interprétation de la carte, du territoire, des frontières, des limites, des routes et de ce qui nous guide sur les chemins que nous prenons, symbolisé par l’étoile rouge.

Chemins réels ou imaginaires, autoroutes sans surprises ou sentiers bretons tortueux, à vous de choisir votre itinéraire. Car qui dit cartographie, dit aussi voyage… Qui sait jusqu’où peuvent nous mener nos rêves?

collage et peinture sur papier, 15 x 15 cm

Solarisation

Jeune femme

Peinture, collage et montage photo

Près de moi

tu brûles

de ce rouge

que l’oiseau cache

dans son jabot

***

loin

tu guettes

dans le soir violet

le présage

qui rafraîchira

l’attente

***

infimes

ces gestes

que tu as

dentelle

que ta main grave

sur mon cœur

par solarisation.

Il pleut toujours le dimanche soir

Il pleut toujours le dimanche soir

sur la vitre de la voiture

qui rejoint les lumières de la ville.

***

Dans le cœur, en lentes coulées

une bombe signe

FIN DE LA LIBERTÉ.

***

Cinq jours de gris derrière l’écran de pluie.

***

L’eau n’effrite pas l’ennui.

***

Il demeure, là, granitique et froid,

au vent des esplanades,

tombe des enfances perdues. 

***

Il pleut,

la voiture file.

***

La vitesse meurtrit les rêves.

Fillette

Peinture, collage et montage photo

Chaud et froid/Sous le jeu des larmes…

Je reprends mon défi des Cinq Branches de l’Etoile, qui consiste à s’aventurer dans la création littéraire, picturale, visuelle et sonore en partant d’une contrainte, comme dans un atelier d’écriture.

Pour cette semaine, le thème est : Chaud et froid.

Le vers de Reverdy : Sous le jeu des larmes qui viennent tout bas.

Japonaise

Peinture, collage et effet photoshop… juste pour le fun!

Changer de perspectives

IMG_5175

J’ai utilisé, pour réaliser ce collage, des morceaux de photos illustrant l’achèvement de la construction du nouveau siège de la Banque Centrale Européenne (BCE) à Francfort. Un bâtiment qui a coûté la bagatelle de 1,2 milliards d’euros, et où l’équipement de chaque espace de travail est revenu à environ 600 000 euros. Des montants astronomiques, totalement indécents pour ce lieu symbole de l’asphyxie financière du plus grand nombre et de l’argent-tyran. Comme l’enfant qui joue à la balle, j’ai eu envie de casser cette symétrie mortifère, de briser le temple et le dogme qui s’y abrite. J’ai lancé la balle et changé les perspectives. Pour qu’on retrouve enfin l’air, la liberté, le souffle des grands espaces, comme ces chiens juste heureux de courir dans la neige, très loin de ce lieu où l’on euthanasie les rêves…

Funambule

IMG_5176

Entre ciel et terre, entre l’obscur et l’intelligible, l’homme funambule avance dans la vie, léger, fluide, aérien. C’est là pour moi l’interprétation d’un idéal, qui consisterait à traverser les jours, les joies et les épreuves, sans s’appesantir, sans rester focalisé sur des détails. Évoluer avec la grâce d’un danseur. 

La vie est mouvement, rivière qui nous emporte. Garder l’équilibre, mais ne pas chercher à résister à ce flux, et même y prendre goût, accompagner le courant. Devenir aile, plume, retrouver ses aptitudes d’enfant et user de cette capacité innée à s’envoler loin de l’endroit où tant de rêves meurent…

Animal/Loin de l’endroit où tant de rêves meurent

IMG_5179

Animal, voilà le thème choisi par une main innocente. Et le vers de Reverdy qui l’accompagne est « Loin de l’endroit où tant de rêves meurent ». Pas évident, comme ça, au premier abord, si?

Cormoran

IMG_5132

Comme l’oiseau

il vole puis plonge

dans les eaux noires

de sa nuit

tendu

vers ce fond

qu’il faut toucher toujours

avant de remonter

à l’air

libre!

plongeon apnée 2

Collage, peinture et montage photo © Gwenaëlle Péron

attendez

Et vous, attendez-vous le signal pour respirer?

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑