Semaines #7 et #8

Le temps file et je suis obligée de regarder mes photos pour le remonter, être certaine de ne rien oublier dans ce qui a marqué ces deux dernières semaines. Parmi eux, ce voyage à Porto. Une surprise totale, jusqu’au comptoir d’enregistrement de l’aéroport, où mon mari a dû enfin avouer Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

Seul en mer

Les mots de Jacques Gamblin et de Thomas Coville ont sans doute infusé en moi, hier, alors que je réalisais une série de quatre peintures sur papier. Je l’ai commencé avec le jour. Ensuite, la pensée de ce livre m’a tenue en haleine jusqu’à midi, quand j’ai enfin pu terminer Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

Histoire découpée

C’était dimanche. Il faisait gris. Il fallait bien s’occuper. Parmi les livres que je voulais donner, il y avait les Contes Carnivores, de Bernard Quiriny. Il s’agit d’une suite de nouvelles à la tonalité étrange. J’ai commencé par la première, en prenant une page après l’autre, chaque page donnant lieu Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

L’art et la vie

C’est le hasard qui m’a fait lire à la suite Journal pauvre, de Frédérique Germanaud, et Un monde à portée de main, de Maylis de Kerangal. Aurais-je senti les échos que l’un et l’autre se renvoient si davantage de temps s’était écoulé entre les deux? Impossible de le savoir, chacun Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

L’indolente

9782234080980-001-X_0Le mystère Marthe Bonnard. Voilà ce sur quoi a voulu se pencher Françoise Cloarec lorsqu’elle a décidé d’écrire ce livre. De la rencontre avec le peintre jusqu’à après sa mort, l’auteure a cherché à en savoir plus sur cette femme qui fut la muse de celui qu’on a appelé “le peintre du bonheur”.

Une muse qui a su maintenir de grandes zones d’ombres sur sa vie d’avant. Se présentant sous un faux nom – Marthe de Méligny, alors qu’elle s’appelle Maria Boursin – et comme orpheline, alors qu’elle a encore une partie de sa famille, celle qui devient très vite la femme de Pierre Bonnard a visiblement un compte à régler avec son passé, mais malgré toutes les recherches entreprises, comprendre les raisons de ces mensonges se révèlera impossible. (suite…)

Ma presqu’île

Ce petit livre de format carré, édité par les éditions Dialogues, réunit deux regards. Celui de Philippe Le Guillou, écrivain né au Faou et qui a reçu le prix Médicis en 1997 pour Les sept noms du peintre, et de Matthieu Dorval, peintre breton inspiré par la nature et ces Lire la suite…

« Dans notre société, Markus, les hommes que l’on admire le plus sont ceux qui bâtissent des ponts, des gratte-ciel et des empires, mais en réalité, les plus fiers et les plus admirables sont ceux qui arrivent à bâtir l’amour, car il n’est pas de plus grande et de plus difficile Lire la suite…

Karitas, livres 1 et 2

Publiée en deux tomes chez Points – L’art de la vie puis L’esquisse d’un rêve – la formidable saga de Kristin Marja Baldursdottir fait 1200 pages, mais se lit presque d’une traite. Portrait d’une femme artiste qui marche vers la liberté, c’est aussi le récit d’un pays – l’Islande – Lire la suite…

L’or vert

Je veux dans ma maison de sang Un ami fort un ami lent Tout près de l’âme reposant Son île avec mon continent Un rêveur un peintre un Flamand Avec un pinceau d’or patient Doux comme un saint très violent Et qui me fait un cygne blanc Un cygne noir Lire la suite…