L’étrange douceur

Comme un oiseau dans la tête Le sang s’est mis à chanter Des fleurs naissent c’est peut-être Que mon corps est enchanté Que je suis lumière et feuilles Le dormeur des porches bleus L’églantine que l’on cueille Les soirs de juin quand il pleut Dans la chambre un ruisseau coule Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

No man’s land

A la croisée des chemins une route vers l’infini une autre route perdue dans les brumes et ne pas savoir où aller.   Tentation de rester là attendre le destin ou retourner en arrière. On ne peut refaire le chemin la règle du jeu est d’avancer.   Au croisement une Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

L’île rétive

l’île rétive se refuse encore à sceller tes mots pourtant du flux laborieux s’exondent des trophées   d’insolites tresses de nœuds d’agui effets de femmes frisottant au soleil au sel des palabreuses marées   mais aussi   des voix blessées sanglées sous le silence des veuves jusque dans la chronique Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

Printempoétisons

Aujourd’hui débute le Printemps des Poètes, qui durera jusqu’au 19 mars 2018. Le thème choisi cette année est l’Ardeur, ce qui laisse présager de belles envolées…   J’ai décidé de profiter de cet évènement pour me lancer un défi. Pendant toute la durée de ce printemps, je vais choisir un Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

Détournement d’actualités

Je n’ai pas été très bavarde, ces dernières semaines. C’est parce que ça cogitait là-dedans. A la recherche d’idées pour écrire différemment, pour peindre autre chose. Il faut du temps pour que les idées mûrissent. Enfin, bref, ce midi, attablée dans un café bigouden, entre la séance d’accrochage pour la mini-expo de la Galerie Rouge (dont je vous parlerai bientôt) et un rendez-vous « beauté », je me suis nourrie de mauvais pain et d’indigestes actualités. L’idée était dans l’air depuis un moment. Il ne restait plus qu’à la concrétiser.

20171208_122758.jpg

(suite…)

Ciel sans partage

Flèche des saules sur le ciel sans partage tu attends mais ne sais rien de l’obscure poussière qui te trouble immobile ondée de l’eau endormie le destin est sorti de son lit   l’espoir n’est plus de saison. Texte et photo : Gwenaëlle Péron

La douceur est en fuite

La douceur est en fuite sur le dos du matin tu la regardes bondir dans sa course de plumes sur la route pavée d’eau bleue ta main esquisse ce geste qui retient mais ton cœur sait déjà tout le poids de l’absence. Texte et photo : Gwenaëlle Péron

Les nuages n’ont pas de forme

Les nuages n’ont pas de forme mais c’est égal car derrière les dessins de la pluie je devine ce qui n’est pas dit la silhouette mouvante d’un arbre une lumière dans la nuit le temps s’étale sous mon corps étrave je nage dans des copeaux d’orage mais déjà sur la Lire la suite…

Innocent guetteur

  Comme l’oiseau au faîte de la nuit tu vigiles et patientes innocent guetteur des prairies lointaines où serpentent les captives nuées et de ton chant délaçant les sortilèges qui attachaient mon cœur au totem des forêts tu poses sous mes ailes le vent d’une autre liberté.   Texte et Lire la suite…