Les petites barbares

La porte s’ouvre et elles s’engouffrent dans le jardin comme si leur vie en dépendait. Elles ont dix, douze ans. Deux sœurs. La plus âgée, blonde aux yeux sombres. La plus jeune brune, le regard noir. Ça commence toujours de la même façon : elles jouent tranquillement et puis soudain, ça dégénère. Elles se mettent à crier. L’aînée a la voix rauque à force d’être toujours au maximum de la puissance de ses cordes vocales. Elle saisit un coussin, en frappe sa sœur. La petite, stoïque, ne dit rien et puis s’exaspère et réplique. Alors les cris fusent, les insultes aussi. Elles rugissent. Perte de contrôle totale. Des furies. (suite…)

La chaise

Tu m’as dit assieds-toi. Ta voix était douce encore. J’ai regardé la chaise. Tu as toujours eu le goût des mises en scène. Je n’ai pas obéi. Je ne voulais pas me plier à ton petit jeu. Je savais très bien où tu voulais en venir. Tu as saisi mon Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

Têtue

Il y a une ampleur qu’elle n’atteint pas. Jamais. Elle dit, je suis comme une enfant qui ânonne l’histoire de sa vie. Ses mots sont des avions en papier mal pliés. Condamnés à l’écrasement sur le bitume. Elle voudrait. Toujours elle voudrait, mais rien ne vient. Le réel est un Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

Le vieux clou

Tu te débats dans tes contradictions. Tu vis dans un cadre dont rien ne parvient vraiment à ébranler les fondations. Parfois, tu te fais peur. Tu suscites la crise pour qu’autour de toi, ça tangue un peu. La réaction te donne l’impression qu’il se passe quelque chose. Mais en réalité, Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a

L’écorce abolie

Se rendormir. Tâche impossible. Le corps cherche une position agréable, ne la trouve pas. L’esprit en profite pour se sauver. Il part loin de la chambre et de la chaleur du lit, s’évade dans la nuit, reprend le fil de la journée, y fait des accrocs. C’est insupportable. Comme le Lire la suite…

Par Gwenaëlle, il y a