Ecouter

Ecouter
ce qui murmure en soi
des promesses de clairières
dans le chant des oiseaux
Ecouter
chaque goutte de pluie
et le regard qui s’ouvre
au chemin nouveau
Ecouter
ce qui ne fait aucun bruit
et pourtant palpite
dans le secret des nuits
Ecouter
ce qui n’est pas dit
et glisse lentement
sur la peau
Ecouter
ta voix qui ne parle pas
ton cœur qui frémit tout bas
la cantate de tes paumes
et t’entendre
enfin

2 commentaires

  1. Asphodèle

    J’ai de quoi faire ! Rien que ton blog (avec le retard que j’ai pris) me suffirait à occuper mes soirées pendant une bonne semaine…voire plus ! Et c’est tant mieux puisque j’aime autant ta poésie que ta peinture (avec un faible pour les mots…) 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s