Koto Song I

Dans la nuit qui m’enveloppe
la flamme indécise
d’un mystère ardent
éclaire
le sanctuaire de mon cœur
 
mes doigts meurtris
par le fervent silence
des pierres qui conspirent
effeuillent
les grains lustrés
de nos éclats complices
 
 
mais
les cèdres bleus
figent mon émoi
eux seuls se souviennent
du chant de tes pas
sur le gravier blanc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s