Me défaire

Il faudrait jeter

au soir enflammé

toutes les pierres

qui font le lit de mon cœur

me défaire

lentement

comme l’ombre bleue

se dilue à la nuit

et sur l’ardoise claire

d’une brume matinale

île à demi-effacée

tout recommencer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s