Une autre vie

Les jours patiemment étirés
le livre qu’on abandonne à la moitié
l’onde mouvante des dunes
la sieste en pointillés
fraîcheur sous les platanes
le soleil
la blonde avoine
et tous ces chemins qui se croisent
dans la froideur du sable
un soir d’été
 
il y aurait peut-être
une autre vie à inventer
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s