Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Tag

bleu

Là où le soleil se couche rouge

Une série d’études de paysages sur un fond rouge/orangé dont on ne discerne plus, au final que quelques quartiers. J’ai passé un peu trop de temps dessus, partant avec une idée, en changeant en cours de route, et revenant à la fin à ces lieux imaginaires où je me promène si souvent… La terre, l’eau et le feu d’un soleil rougeoyant.

p1080441

Le vieux fort  Lire la suite

Sens dessus-dessous

p1080436

Cette série aux couleurs franches m’évoque un monde sous-terrain dans lequel des forces sont à l’œuvre. Lire la suite

Quelque chose comme des fleurs

 

p1060539

Une envie de printemps peut-être, alors qu’aujourd’hui il fait gris et que la pluie tombe sans discontinuer. J’ai retrouvé un espace de travail (il me manque encore la lumière, surtout pour les jours comme celui-ci), je vous montrerai cela bientôt. En attendant, ces trois propositions comme un support à des rêves foisonnants de parfums mêlés et de chaud-froid saisissant.

 

Acrylique, feutres et pastels gras sur papier 21 x 29,7 cm

Trois fois deux encore…

Je continue à travailler très librement par séries de deux dessins.

Acrylique sur papier

Format 42 x 29,7

Trois fois deux

Rassurez-vous, le titre de ce billet ne fait nulle référence à un film avant-gardiste qui explorerait, caméra au poing, une folle série de combinaisons amoureuses… Non, il s’agit juste de trois séries de deux dessins où j’ai essayé de laisser libre cours à … à quoi d’ailleurs? Un élan jailli de je ne sais quelle source? Une interprétation de souvenirs tamisés par le temps? Une simple envie de laisser exister traits et couleurs?

p1060466 Lire la suite

Happy to see you again

p1060396

Acrylique et pastels à l’huile sur toile, 50 x 50 cm

Rêveries aquatiques

P1060317

Un peu d’acrylique fluide, de l’eau, des pastels et des feutres. Se laisser aller à l’improvisation, au mouvement non prémédité. Se souvenir de tout ce qui ondule sous la mer, poissons, algues, courants, scintillements du soleil diffracté. Aller vers une sorte de minimalisme aquatique. Faire des longueurs sur le papier. Couler et puis remonter vers la surface. Laisser les bulles éclater. Retrouver les couleurs. Le hasard s’en mêle, s’obstine. Equilibre instable des formes surgies du néant blanc. Le jeu prend toute la place.

Revue de détails

 

Du neuf avec du vieux…

Acrylique, feutres Posca et pastels à l’huile sur panneaux de bois, 30 x 30 cm

Pour faire ces six tableaux, j’ai repris des panneaux de bois qui m’avaient déjà servi. Sur le principe du palimpseste, j’ai rendu la surface de nouveau vierge puis j’ai collé divers éléments : morceaux de tissu, compresse dépliée, rubans de papier et feuilles de kraft pliées.

J’ai ensuite travaillé couche après couche. Jouant d’abord sur les verts et les jaunes, avant d’introduire le rouge de naphtol, très éclatant, et les bleus. Peu à peu, selon ma bonne habitude, ont émergé des formes : poisson, bâtiments, falaise, rocher pliée, étrange étoile de mer…

J’ai eu beaucoup de plaisir à faire cette série, qui m’a pris au moins deux jours pleins. L’idée était de travailler sur les six panneaux en même temps, pour préserver une unité dans les couleurs.

Aujourd’hui, il fait trente degrés dehors, et je manque un peu d’air dans mon atelier. C’est rare, d’habitude, c’est plutôt la lumière qui se fait désirer. La chaleur ralentit les mouvements, pousse à prendre davantage son temps. Ce n’est sans doute pas un mal…

Jeux de plage

P1060264

Acrylique et feutres Posca sur papier, 29,7 x 42 cm

Parmi trois essais graphiques, à tendance fortement géométrique, seul celui-ci me parait digne d’intérêt. Il me rappelle, bien qu’il n’y ait pas l’ombre d’un grain de sable sur la feuille, les jeux de volley, le club Mickey et tous ces instants où les enfants, enfin loin de l’école et insouciants, profitent des joies de la plage…

Voici comment le dessin est né, étape par étape. Je me suis amusée à créer des bandes, avec ce scotch amovible qu’on utilise pour protéger les vitres quand on peint des fenêtres. C’était une première tentative, qui a pris pas mal de temps, car il faut superposer de nombreuses couches, créer des effets différents. Un très bon exercice!

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑