Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Tag

Eté

D’autres voiles, d’autres rivages…

Je poursuis ma série « Au voisinage des îles » en vue d’une prochaine exposition à la Galerie Rouge, à Pont l’Abbé pendant les vacances de la Toussaint. Je me réjouis d’ailleurs de pouvoir vous accueillir bientôt dans cette sympathique galerie associative qui existe depuis onze ans.

Voici quelques uns des derniers nés.

Bien que le soleil brille surtout par son absence en ce moment en Bretagne, les couleurs demeurent. J’ai tenté quelques pièces dans des coloris gris-bleutés, mais très vite les roses et les jaunes ont ressurgi, le vert a poussé partout et l’orange a chassé la pluie. La gaieté est toujours de mise. Les Bretons savent garder leur bonne humeur par tous les temps. Enfin, ils s’y efforcent…

Bonne fin d’été à tous et à bientôt!

L’écluse

20170803_142639

Acrylique sur toile, 65 x 92 cm

C’est un plan compliqué. Entre terre et oiseaux. Une histoire à plusieurs niveaux. De l’eau douce à l’eau salée, il y a quelques écluses à franchir. Au fil de la rivière, le paysage s’aplatit, annonce la proximité de la mer. On y sera bientôt. Déjà, les mouettes vrillent le ciel de leurs cris. Les champs deviennent sages comme des enfants bien coiffés. Le flux s’organise. On se suit. Entonnoir ou goulet. Juste après, la liberté!

La forêt de Bondrée

P1080705

Je suis en train de lire le roman d’Andrée A. Michaud, Bondrée. Un roman noir où la nature, et particulièrement la forêt qui entoure le lac près duquel vivent quelques familles de vacanciers, tient une grande place. Après avoir terminé cette peinture sur papier, je me suis dit que cela évoquait l’entrée sous le couvert des arbres. La tentation est forte de quitter la lumière pour entrer dans l’obscurité bleue des bois et y trouver la fraîcheur, mais aussi on ne sait quel mystère… Lire la suite

Sur le chemin de la plage

Les belles journées que nous vivons actuellement m’ont fait anticiper un peu sur le plaisir de prendre le chemin de la plage. Il me tarde de retrouver le sable chaud, la mer fraîche, et cette insouciance bien particulière qu’on ressent l’été, quand, allongé sur une serviette qui sent le sel, on se laisse bercer par les jeux des enfants, les cris des goélands et le bruit doux des vagues…

DSC03341

Acrylique sur toile, 30 x 30 cm

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑