Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Tag

format carré

Happy to see you again

p1060396

Acrylique et pastels à l’huile sur toile, 50 x 50 cm

Du neuf avec du vieux…

Acrylique, feutres Posca et pastels à l’huile sur panneaux de bois, 30 x 30 cm

Pour faire ces six tableaux, j’ai repris des panneaux de bois qui m’avaient déjà servi. Sur le principe du palimpseste, j’ai rendu la surface de nouveau vierge puis j’ai collé divers éléments : morceaux de tissu, compresse dépliée, rubans de papier et feuilles de kraft pliées.

J’ai ensuite travaillé couche après couche. Jouant d’abord sur les verts et les jaunes, avant d’introduire le rouge de naphtol, très éclatant, et les bleus. Peu à peu, selon ma bonne habitude, ont émergé des formes : poisson, bâtiments, falaise, rocher pliée, étrange étoile de mer…

J’ai eu beaucoup de plaisir à faire cette série, qui m’a pris au moins deux jours pleins. L’idée était de travailler sur les six panneaux en même temps, pour préserver une unité dans les couleurs.

Aujourd’hui, il fait trente degrés dehors, et je manque un peu d’air dans mon atelier. C’est rare, d’habitude, c’est plutôt la lumière qui se fait désirer. La chaleur ralentit les mouvements, pousse à prendre davantage son temps. Ce n’est sans doute pas un mal…

Cartographiques

Après avoir arpenté quelques nouveaux territoires, ce n’est peut-être pas un hasard, si, reprenant le fil des Cinq Branches de l’Etoile, j’ai tiré au hasard le mot CARTOGRAPHIE, assorti du vers de Reverdy suivant : Au front il avait une étoile

Un peu désarçonnée par ces deux éléments, je me suis malgré tout prêtée au jeu. Il en est sorti ces huit créations, à base de collages, d’acrylique, de feutre et de pastels gras. C’est une libre interprétation de la carte, du territoire, des frontières, des limites, des routes et de ce qui nous guide sur les chemins que nous prenons, symbolisé par l’étoile rouge.

Chemins réels ou imaginaires, autoroutes sans surprises ou sentiers bretons tortueux, à vous de choisir votre itinéraire. Car qui dit cartographie, dit aussi voyage… Qui sait jusqu’où peuvent nous mener nos rêves?

collage et peinture sur papier, 15 x 15 cm

Pourquoi pas Santorin?

Avant-dernier de la série de quatre petits tableaux que j’ai en cours. Celui-ci m’a donné du fil à retordre, et je ne suis qu’à moitié satisfaite du résultat. Il faut dire qu’avec ma technique de progression, tout est hasardeux et aléatoire.

Je commence, en effet, par recouvrir le panneau d’un couche de gesso blanc. Puis j’applique du mortier de structure, pour donner du relief, de la texture à l’ensemble. Ensuite, j’étale des couleurs vives au (presque) hasard. Cette première couche une fois sèche, j’en applique une seconde, dans les tons bleu et vert. Et là, je prends un peu de recul, je tourne le tableau dans un sens, dans l’autre, pour voir ce qui surgit. Une falaise? Une ville? Un port?

Seulement à ce moment, je commence à travailler au résultat final. Ici, le relief sur le côté droit m’a fait songer à une ville perchée sur une falaise ou une île, comme Santorin. Mais le ciel ne me convenait pas. J’ai tenté de l’éclaircir. Caramba! Encore raté! Alors, je l’ai laissé tel quel, et j’ai même renforcé le rose et l’orangé qui n’apparaissaient que par touches. Assumons notre goût pour les couleurs! Ensuite, c’est la falaise que j’ai éclaircie, pour accentuer le relief.

Au final, une semi-satisfaction. Ce n’est pas facile de travailler sur ces petits formats, qui paraissent vite surchargés, et au bout d’un moment, l’accumulation de couches montre aussi ses limites. Alors, il faut aussi savoir arrêter, même si…

IMG_5420

Acrylique sur bois, 30 x 30 cm

Revenir au port

IMG_5413

Acrylique sur bois, 30 x 30 cm

Clair de lune

IMG_5169

Acrylique sur bois, 50 x 50 cm

Ce panneau est un autre rescapé. J’y avais représenté un paysage, il y a presque deux ans maintenant. Avec le recul, il m’apparaissait plat et totalement inintéressant. Sans doute est-ce le signe que mon travail a évolué… J’ai donc repris ce format carré et lui ai appliqué un traitement de choc, à l’aide d’un peu de médium dilué avec de l’eau pour créer de légers effets de relief. Et puis, comme le dit Lee Kaloidis*, un peintre américain dont le travail m’intéresse, je me suis lancée comme si je me fichais totalement du résultat. Au final, un clair de lune un peu rugueux, avec un côté brut qui me plait bien. Et vous?

* »You have to paint like you don’t give a damn« 

Solide/Liquide

Galet. Pierre douce et arrondie par la mer et le temps. Même ton nom est joli. Tu te stries et te fends. Tu roules en riant. Tu brilles d’un vernis de mer. Tu chauffes sous le soleil ardent. Galet. Doux à ma joue, lourd à ma paume. Galet comme un jeu d’enfant.
DSC03179

Acrylique sur panneau de bois, 50 x 50 cm

DSC03180Détail

Spontanéïté

IMG_4826

Acrylique sur panneau de bois, 50 x 50 cm

Chercheur d’or

IMG_4628Acrylique sur panneau de bois 30 x 30

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑