Recherche

Gwenaëlle Péron

Peintures et explorations

Tag

vert

Libre interprétation du printemps

20170412_160844

Lire la suite

Quelque chose dans l’air…

Parallèlement à mon exploration sur le thème des roches métamorphiques, je me laisse aller de temps en temps à une récréation florale.

P1080579

Lire la suite

Trois fois deux

Rassurez-vous, le titre de ce billet ne fait nulle référence à un film avant-gardiste qui explorerait, caméra au poing, une folle série de combinaisons amoureuses… Non, il s’agit juste de trois séries de deux dessins où j’ai essayé de laisser libre cours à … à quoi d’ailleurs? Un élan jailli de je ne sais quelle source? Une interprétation de souvenirs tamisés par le temps? Une simple envie de laisser exister traits et couleurs?

p1060466 Lire la suite

L’autre monde

L’œil :

une source qui abonde

Mais d’où venue?

De plus loin que le plus loin

de plus bas que le plus bas

Je crois que j’ai bu l’autre monde

Philippe Jaccottet

IMG_4855

Acrylique sur toile, 38 x 60

L’enfant dans le saule

L’enfant est caché derrière les branches du saule.

Depuis combien de temps est-il juché là, dans le siège plus ou moins confortable que forment deux branches rapprochées? Par moments, quand le vent soupire, on distingue son visage derrière les feuilles, petit guerrier d’ombre et de soleil, au visage moucheté de peintures tribales.

IMG_4853

Acrylique sur toile, 38 x 60 cm

Loin du monde, à l’abri dans la verdure, il rêve. Ou peut-être qu’il attend, sans le savoir, cette autre enfant qui, en amont, les pieds dans la rivière, se confie aux arbres en chuchotant?

Pas à pas, sans qu’ils le sachent, le printemps œuvre au rapprochement…

Le canoë rose

DSC03486Acrylique sur papier, format A4

Le relief des rêves

Paysage étrange, doux et liquide, dont on ne sait s’il est à l’air ou sous la mer… Le premier dessin est né, et puis j’ai constaté avec surprise que le second semblait le prolonger. De là, l’idée de faire un triptyque, illustrant ces lieux entre rêve et réalité, où l’esprit peut flotter en toute liberté, suivant les bancs de brume, les courants sous-marins… L’ensemble n’est peut-être pas tout à fait fini. Je laisse reposer pour le moment, et vais passer à autre chose.

Acrylique sur papier, 36 x 48

Mercurienne

DSC03370

Acrylique et feutres Posca sur papier, 36 x 48 cm

Sur le port

Tout commence par une gentille carte qu’une épistolière vous adresse, comme ça, pour le plaisir de l’échange. La carte fait son chemin, parvient sur le bureau et dévoile ses couleurs. Entre le bleu et le vert, un peu de sable, des filets éparpillés, qui pourraient aussi bien être des courants dans une mer qui se retire. Les couleurs inspirent, les formes aussi. Alors, sur le papier, avec une éponge pour conserver la transparence, le turquoise et le cyan s’étalent et se mélangent. Fluidité des formes aux reflets aquatiques, rehaussés ici et là, d’un peu d’or ou du rouge profond des anémones. Qui sait?
DSC03369

Acrylique, graphite et feutre Posca sur papier, 36 x 48 cm

Merci à Stéphane Mahéo pour le gentil courrier qui m’a inspiré (très littéralement) cette peinture.

Photo du 42562357-04- à 11

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑